Favoriser la présence des femmes en STGM : Rapport des Services économiques TD

Aujourd’hui, tout comme il y a dix ans, on ne compte qu’une femme diplômée en génie pour quatre hommes. Dans les programmes d’informatique, la représentation des femmes a même diminué depuis les années 1990. Trop peu de femmes étudient en STGM, et les emplois dans ces domaines continuent de poser des défis dans une économie mondiale qui exige toujours plus de ce type de compétences.

« Il y a bien sûr eu du progrès, mais à un rythme terriblement lent, déclare Beata Caranci, économiste en chef, Groupe Banque TD. La persistance de la faible représentation des femmes entraînera un coût économique de plus en plus grand au fil du temps. »

Faire appel à l’immigration pour combler l’écart représente la moitié de la solution. L’autre moitié consiste à nous assurer que le Canada exploite pleinement le potentiel qui se trouve déjà au pays.

Dans le rapport des Services économiques TD sur les femmes en STGM intitulé Combler le fossé, Caranci explore l’éventail de raisons pour lesquelles l’écart entre les genres dans les programmes d’études et les milieux de travail perdure.

Faits saillants du rapport :

  • Par rapport aux jeunes filles, les garçons du secondaire ont invariablement une meilleure perception de leurs aptitudes, quels que soient leurs résultats en mathématiques. Par conséquent, ils sont automatiquement plus susceptibles de choisir un programme en STGM à l’université.
  • Des écoles comme le collège Harvey Mudd et l’Université Stanford ont réussi à augmenter rapidement et considérablement la cohorte de diplômées en informatique en adaptant le curriculum pour favoriser l’inclusion, en faisant la promotion de leurs programmes et en montrant le lien entre les domaines d’études et différentes carrières.
  • Dans les milieux de travail, les femmes titulaires d’un diplôme universitaire dans un domaine lié aux STGM sont surreprésentées dans les postes de technicien moins bien rémunérés par rapport aux postes de professionnel.

Pour de plus amples renseignements et une analyse, cliquez ici et accédez au rapport complet des Services économiques TD.

En savoir plus sur ce que la TD fait pour recruter des femmes dans le domaine des technologies.

Beata Caranci

première vice-présidente et économiste en chef

Groupe Banque TD