À quoi s’attendre lorsqu’on se prépare à acheter sa première propriété?

Dans la catégorie des événements qui ont des répercussions profondes sur la vie d’une personne, avoir un premier enfant et acheter une première maison n’ont pas d’égal.

Et bien que les futurs parents se préparent souvent pendant des mois à l’arrivée de leur premier-né, en planifiant soigneusement, en suivant des cours prénataux et en profitant des conseils de dizaines de proches, la plupart des premiers acheteurs ne prennent généralement pas des moyens équivalents pour se préparer à plonger dans le marché immobilier.

Tout comme les nouveaux parents vivent des hauts et des bas, l’achat d’une première maison peut être une expérience à la fois emballante et incroyablement stressante. Il est important de se préparer à être parent, et il en va de même de l’accession à la propriété : savoir à quoi s’attendre peut aider à éviter des mauvaises surprises.
 
En fait, un nouveau sondage mené par la TD en 2018 révèle que plus de la moitié des premiers acheteurs au Canada (56 %) craignent d’oublier une étape cruciale de la démarche pour devenir propriétaire, et près d’un quart des répondants (24 %) affirment que le processus d’achat leur cause du stress.

Le sondage, mené auprès de premiers acheteurs d’une maison au Canada, révèle également que sept premiers acheteurs sur dix (71 %) s’inquiètent de subir des coûts inattendus dans le processus d’achat d’une maison.

Et pourtant, malgré l’inquiétude quant aux risques inconnus et aux coûts inattendus associés à l’achat d’une première maison, beaucoup de Canadiens ne se préparent pas bien au processus d’achat d’une propriété : seuls 39 % indiquent prendre des moyens pour réduire leur endettement, et seuls 28 % tentent d’améliorer leur cote de crédit.

« Tout comme la prévision des coûts lorsqu’on se prépare à avoir un enfant, il est important de prendre le temps de considérer les mesures à prendre et les frais associés à l’achat d’une propriété, que ce soit les frais d’évaluation ou l’assurance hypothécaire, affirme Marc Kulak, vice-président, Groupe Banque TD. En prévoyant les dépenses et en adoptant des comportements financiers sains, comme rembourser vos dettes existantes, vous vous donnez les moyens de réussir. »

Pour les Canadiens qui s’apprêtent à acheter leur première maison, voici quelques trucs et astuces qui aideront à faire en sorte que le processus d’achat soit aussi convivial que possible :

Gérez vos dettes existantes
On conseille souvent aux futurs parents d’être « prêts » financièrement lorsqu’ils commencent à penser à avoir des enfants. C’est la même chose pour l’achat d’une maison : on veut se sentir « prêt » financièrement au moment de prendre une décision aussi importante. Avant de demander un prêt hypothécaire, c’est une bonne idée de mettre de l’ordre dans ses finances. Le calculateur d’accessibilité hypothécaire TD est un outil pratique, qui utilise les renseignements financiers fournis par l’acheteur potentiel pour l’aider à mieux comprendre combien il pourrait avoir les moyens de payer pour une propriété, une fois pris en compte ses dépenses mensuelles, le paiement de ses dettes et l’épargne.

Tenez compte de tous les coûts liés à l’achat d’une maison
Les couches, la garderie et tout le reste... Les coûts associés à un nouveau-né peuvent s’additionner très vite. De même, les premiers acheteurs constatent rapidement que l’achat d’une maison s’accompagne de plusieurs dépenses. Le sondage révèle que moins de la moitié des premiers acheteurs ne prévoient pas les frais d’évaluation (49 %), l’assurance hypothécaire (47 %) ou les rajustements de clôture (41 %). Le meilleur conseil est d’être conscient de tous les coûts auxquels on peut faire face, pour ne pas se faire surprendre par une dépense imprévue.

Adaptez votre prêt hypothécaire à vos besoins
Les nouveaux parents le constatent rapidement : chaque bébé est différent. Il en va de même pour les premiers acheteurs, qui découvrent que les prêts hypothécaires ne sont pas tous égaux. Le sondage de la TD révèle que plus de la moitié (52 %) des premiers acheteurs ne sont pas certains du type de prêt hypothécaire qui conviendrait le mieux à leurs besoins et à leur mode de vie. Une rencontre avec un conseiller peut vous aider à déterminer quel type de prêt hypothécaire correspond le mieux à votre situation financière personnelle.

Ne mettez pas vos finances sous pression
Comme les frais relatifs aux enfants, les coûts liés à la propriété continuent pendant des années. Une fois l’achat conclu et les coûts de clôture payés, ne faites pas l’erreur de penser que vos versements hypothécaires seront vos seules dépenses liées à votre maison. Des taxes foncières aux coûts d’entretien, beaucoup de responsabilités et de dépenses accompagnent le fait d’être propriétaire.

Protégez votre maison
C’est bien connu : les nouveaux parents sont généralement très protecteurs de leur enfant, et bien souvent, ils rendent leur maison sécuritaire pour un bébé bien avant que celui-ci puisse se déplacer. Il est tout aussi important de protéger votre nouvelle maison. La plupart des premiers acheteurs (70 %) ont prévu les coûts de l’assurance habitation. Avoir la bonne assurance peut vous aider à vous sentir à l’aise avec votre situation personnelle et à ce que vous n’ayez pas de surprises en cas de crise ou de catastrophe.

 

Cela pourrait aussi vous intéresser :

Comment mettre de l’ordre dans vos finances