Au-delà des mots : Voici Jennifer Popkey, interprète en langue des signes

Ils travaillent pour répondre aux besoins différents et changeants des clients et des employés. Ils s’adaptent, innovent et élargissent leur expertise pour enrichir la vie de ceux qui les entourent. Ils sont passionnés et motivés.

Dans cette série en parties, nous vous présentons des employés de la TD qui travaillent en coulisses afin de répondre aux besoins des clients et des collectivités.


C’est l’amour de Jennifer Popkey pour la langue des signes et sa volonté de faire en sorte que tout le monde est inclus et entendu qui l’ont amenée à devenir interprète en langue des signes.

« Tout le monde a besoin de se sentir le bienvenu et à l’aise pour pouvoir vraiment s’exprimer et se distinguer », explique-t-elle.

Le rôle de Jennifer est unique : elle est interprète en American Sign Language (ASL) auprès des entreprises. Depuis plus de 12 ans, elle offre du soutien aux employés malentendants de la TD et à leurs équipes et s’assure qu’ils ont des façons accessibles d’obtenir et de communiquer l’information nécessaire pour réussir dans leur travail.

« Avec un processus de communication le plus simple possible, les gens peuvent faire leur travail et bien le faire », dit-elle.

Son rôle consiste principalement à faire de l’interprétation durant les réunions et les événements spéciaux, et de faire du coaching, de donner de la formation et d’offrir du soutien pendant des séances d’observation au poste de travail et des entrevues à l’externe.

Lorsqu’il s’agit d’interprétation, Jennifer affirme que bien des gens pensent à tort que son travail consiste seulement à offrir du soutien individuel à la personne sourde ou malentendante.

« En réalité, je suis là pour appuyer deux collègues qui parlent deux langues différentes, et l’anglais parlé n’est pas accessible aux personnes sourdes, dit-elle. Je travaille à faciliter la conversation pour les deux parties. »

Bien que le rôle de Jennifer lui demande de voyager souvent, les avancées technologiques de la webcaméra lui facilitent la vie.

« Maintenant, je peux faire de l’interprétation à distance à la banque dans les deux sens; ainsi les deux collègues que j’assiste peuvent poser des questions et échanger leurs idées plus vite, car je n’ai pas à me déplacer à leurs bureaux. »

Comme avec n’importe quelle langue, les personnes qui utilisent la langue des signes ont des styles différents. Par exemple, il existe quatre variantes pour l’expression « prêt hypothécaire ». Les interprètes doivent aussi tenir compte de la vitesse de communication de chaque personne, de sa connaissance du contenu et de la disposition de la pièce pour favoriser la visibilité. Ce sont ces aspects que les interprètes comme Jennifer doivent considérer dans la communication en face-à-face.

« De tels facteurs peuvent rendre une situation déjà stressante, comme une entrevue, encore plus difficile pour une personne sourde », explique Jennifer. Pour surmonter cet obstacle, elle rencontre souvent les candidats avant leur entrevue pour se familiariser avec leur style et s’assurer qu’ils sont à l’aise avec son travail.

« Si les gens sentent qu’ils peuvent contribuer et participer pleinement, alors j’aurai accompli mon travail. »


Partie 1: Voici Angeli Humilde| Partie 2: Voici Jennifer Popkey| Partie 3: Voici Veena Krishna| Partie 4: Voici Julie Baker