Mardi tabou : Êtes-vous préparé financièrement à mourir?

Un jour, vous allez mourir.

C’est une difficile vérité, mais nous devrons tous éventuellement l’accepter. À cause de la peur naturelle de la mort, bien des Canadiens sont souvent réticents à planifier ce qui adviendra de leurs affaires financières à leur décès.

La réalité est que, lorsqu’un être cher meurt, la famille se retrouve souvent aux prises avec de nombreuses dépenses inattendues. Et dans bien des cas, les gens ne pensent pas à ce que leur mort pourrait coûter à leurs proches. Les raisons pour cela sont évidentes; ce n’est pas un sujet dont ils ont envie de parler.

Bien qu’il puisse être troublant de songer à planifier ce qui arrivera à nos affaires après notre décès, un peu de planification peut alléger le fardeau financier et émotionnel de nos proches.

« Les choses se passent plus en douceur pour les familles quand des plans réfléchis sont en place pour régler les affaires financières et personnelles, y compris la planification des funérailles », affirme Colleen Stewart, directrice régionale, Services fiduciaires à la TD.

Planifiez et consignez vos volontés

Selon un sondage de Gestion de patrimoine TD, la moitié des Canadiens n’ont pas de testament. Dans cette situation, la loi de la province du défunt détermine la façon de distribuer les actifs. Cela peut inclure les actifs importants comme les propriétés et les voitures, ainsi que les biens personnels de valeur comme les œuvres d’art, les bijoux et les meubles.

Dans la plupart des cas, c’est votre conjoint ou vos enfants qui ont droit à vos actifs immobiliers, même si vous n’avez pas de testament, mais la façon dont vos biens sont partagés entre les membres survivants de votre famille varie selon la province. Sans un plan formel, les personnes importantes dans votre vie peuvent se retrouver sans rien et, selon Stewart, pourraient être soumis à un processus long et fastidieux qui coûtera plus cher que si vous aviez fait un testament.

Stewart se souvient avoir réglé une succession sans testament qui impliquait de nombreux bénéficiaires, dont plusieurs étaient des parents éloignés que le défunt n’avait jamais rencontré; telle n’était peut-être pas l’intention du défunt. Par ailleurs, si vous souhaitez faire un don à la communauté ou à un organisme de bienfaisance, vous devez consigner vos volontés, car ce type de don est rarement fait en l’absence de testament.

Passez fréquemment en revue votre plan successoral

Souvent, rédiger un testament n’est pas suffisant pour vous assurer du respect de vos volontés. Alors, à quelle fréquence doit-on passer en revue des documents officiels de planification successorale? Si vous pensez qu’une ou deux fois dans votre vie est approprié, vous pourriez être surpris.

Les événements marquants de la vie comme un mariage, un divorce, la naissance ou l’adoption d’un enfant, la mort d’une personne mentionnée dans votre plan successoral, un déménagement dans une autre province ou hors du pays, un changement important dans la valeur de vos actifs : ce sont toutes potentiellement des raisons de mettre à jour vos documents. En général, les experts recommandent de passer en revue votre plan successoral une fois tous les trois à cinq ans pour vous assurer qu’il est toujours représentatif de vos volontés.

Une autre façon de vous préparer à votre décès est de planifier à l’avance ce qui pourrait être l’un des plus importants rassemblements de parents et d’amis de votre existence : vos funérailles.

Les funérailles coûtent cher. Et tous les « extras » s’additionnent.

Les personnes et les familles peuvent s’attendre à dépenser jusqu’à 10 000 $ ou plus pour des funérailles, prévient Stewart, un chiffre qui varie en fonction des services inclus.

Certains coûts sont anticipés, comme ceux liés au cercueil ou à l’urne, mais d’autres représentent souvent des coûts supplémentaires, comme l’embaumement du corps, le transfert de la dépouille, les fleurs, l’enregistrement et le certificat de décès, le lot au cimetière ou l’espace dans un mausolée, les frais de réception et de traiteur.

Et si vous avez des goûts extravagants, des funérailles de luxe coûtent beaucoup plus cher.

Planifier ce qui arrivera à votre corps et le type de cérémonie que vous souhaitez après votre mort permet également d’éviter aux êtres chers d’avoir à deviner vos volontés. 

Mot de la fin

Pour ceux qui veulent s’assurer que leurs affaires financières sont en ordre avant leur décès, Stewart insiste sur l’importance de connaître les coûts associés à la mort, comme les arrangements funéraires, et d’avoir des discussions franches avec la famille à l’avance. Veiller à ce que vos documents de planification successorale soient à jour et consigner vos volontés peut aussi soulager vos êtres chers à un moment difficile.

Pour ceux qui doivent agir à titre de liquidateur ou d’exécuteur testamentaire pour la succession d’un proche, le processus peut se révéler compliqué. Communiquer avec un professionnel de la planification testamentaire et successorale qui est un expert du processus peut aussi être d’un grand secours durant une période éprouvante.