Meilleures ensemble : Pourquoi les fintechs et les banques collaborent plus souvent

Alors que le rythme de l’innovation s’intensifie et que les nouvelles technologies continuent de remodeler le monde bancaire, les institutions financières et les sociétés de technologie financière (fintechs) recherchent de plus en plus des occasions de travailler ensemble pour résoudre des problèmes émergents et plaire aux clients.

Dean Tseretopoulos, vice-président associé, Capacités émergentes et Numérique à la TD, a récemment pris part à un événement d’« argumentaire inversé » au Sommet canadien Fintech 2.0 visant à rassembler des institutions financières et des fintechs. Contrairement aux événements de présentation traditionnels où des entreprises en démarrage tentent de courtiser des investisseurs, cet événement d’argumentaire inversé était une occasion pour Dean Tseretopoulos et pour des cadres d’autres institutions financières de présenter à des fintechs les avantages de travailler avec des banques.

Aujourd’hui, il nous donne son opinion quant aux avantages – et à quelques désavantages – pour les fintechs qui veulent collaborer avec une grande institution financière et à l’impact de collaborations réussies sur l’avenir des services bancaires au Canada.

Q : Pourquoi les fintechs devraient-elles collaborer avec les institutions financières?

R : Comme bien des sociétés, les banques s’efforcent d’évoluer afin de répondre aux besoins changeants de leurs clients et de surpasser leurs attentes. Cela signifie en partie adopter de nouvelles idées et être en mesure d’offrir aux clients des expériences intéressantes plus rapidement et plus efficacement. À la TD, nous croyons que les fintechs peuvent nous aider à atteindre ces objectifs. Et ce que recherchent bien des fintechs, c’est un accès à un plus grand réseau où elles pourront élargir la portée de leurs nouvelles approches. Les banques peuvent mettre à la disposition des fintechs un bassin de clients plus grand, tout en les faisant profiter de la crédibilité associée à leur marque.

La TD compte plus 12 millions de clients actifs du service numérique et plus de 6,8 millions de clients qui utilisent régulièrement le service mobile. C’est un énorme marché que les fintechs et les jeunes pousses peuvent exploiter au Canada et aux États-Unis. Et bien que les fintechs soient reconnues pour leur innovation, nous bénéficions d’une formidable force financière et d’un budget d’investissement dédié, en plus de protéger les renseignements personnels de nos clients et de leur offrir sécurité et confiance.

Q : Pour une fintech agile, y a-t-il un risque que son association à une grande institution financière la ralentisse?

R : Il arrive parfois que la taille d’une grande institution financière soit perçue comme un désavantage, surtout si on la compare à des fintechs plus agiles et légères. Toutefois, notre taille, notre stabilité et notre expérience sont de réels avantages. Les banques peuvent aider les fintechs à mieux s’y retrouver dans un secteur hautement réglementé et les guider sur les plans de la gestion des risques, du contrôle, des normes de conformité et d’autres processus pour les aider à réussir.

Notre but ultime est de créer des partenariats, de collaborer et d’innover afin de répondre aux besoins des clients à plus grande échelle. Nous savons que nous associer à des fintechs créatives nous permettra d’innover plus rapidement et de mettre en marché des produits qui plairont certainement à nos clients.

Q : Pourquoi les fintechs devraient-elles s’associer à la TD en particulier?

R : La TD est constamment à la recherche du prochain produit ou service dynamique sûr de plaire à nos clients. Parfois, ce produit ou service transformateur est propulsé par notre relation avec des fintechs.

Par exemple, notre entente avec Moven a conduit à la création de Dépense TD — une application mobile de gestion de l’argent qui permet à plus de 1,3 millions de clients de rester au fait de leurs dépenses et d’avoir un meilleur contrôle sur leurs finances personnelles et familiales. Ça nous permet à la fois de donner à nos clients les outils dont ils ont besoin pour prendre des décisions éclairées en temps réel à propos de leur bien-être financier et d’approfondir la relation que nous entretenons avec eux.

Les relations que nous avons avec Flybits et Kasisto ainsi qu’avec l’entreprise d’intelligence artificielle de renommée mondiale Layer 6, que nous avons acquise en janvier dernier, ne sont que quelques exemples des investissements que nous faisons en technologie afin de soutenir notre stratégie et d’offrir une expérience de plus en plus connectée et personnalisée à nos clients.

Q : Que fait la TD pour résoudre quelques-uns des plus grands défis auxquels font face les fintechs et les jeunes pousses qui souhaitent s’associer à une grande institution financière?

R : L’un des aspects les plus originaux de notre façon d’aborder les entreprises en démarrage est notre programme de brevets pour les jeunes entreprises, qui aide les entreprises en démarrage à protéger leurs idées innovatrices dans le cadre du processus de demande de brevets au Canada, aux États-Unis et dans le monde. Toutes les fintechs et les entreprises en démarrage qui font partie de notre programme gardent le contrôle sur leurs idées brevetées – nous leur fournissons les ressources financières et l’effectif juridique nécessaires pour les guider dans le processus de dépôt de brevet.

Si nous offrons un soutien si essentiel à l’étape de démarrage, c’est que nous croyons que le processus de dépôt de brevet peut être long et coûteux pour les jeunes entreprises; ce programme leur permet ainsi de se concentrer sur la croissance rapide et l’innovation.

Le Canada pourrait être un chef de file de l’innovation, et quand le pays, l’économie et le talent vont bien, tout le monde en profite. Pour créer un écosystème d’innovation florissant, nous devons garder le cap sur la transformation de notre entreprise et aider les jeunes pousses à s’épanouir afin de générer de la valeur pour nos clients à l’avenir.

Q : À la lumière de ses partenariats actuels avec des fintechs et des jeunes entreprises, comment la TD est-elle mieux préparée pour des partenariats futurs?

R : Nos partenaires des fintechs nous en apprennent toujours plus, que ce soit sur la collaboration plus efficace, sur l’adoption de leurs pratiques afin que nous devenions plus agiles ou sur la promotion d’une culture d’innovation à la TD. Nous avons appris que nous devons accélérer la cadence pour stimuler l’innovation et offrir des nouveautés plus rapidement à nos clients. Nos connaissances et notre ouverture d’esprit favorisent l’innovation parce qu’elles font germer de nouvelles idées – elles montrent que la TD collabore davantage avec les fintechs et qu’elle est mieux préparée à poursuivre sur cette voie avec un prochain groupe de jeunes entreprises.