Revoir ses priorités financières en temps de crise

Dans les premiers jours de la pandémie de COVID-19, Cyrus Pourmoslemi a remarqué que les questions posées par ses clients étaient différentes que d’habitude.

Le conseiller TD torontois avait l’habitude de recevoir des questions de clients au sujet de l’épargne pour des objectifs à long terme, comme l’achat d’une première maison ou la retraite. Mais lorsque la gravité de l’urgence sanitaire s’est accentuée, il a noté un changement dans les priorités de ses clients.

« Le début de la pandémie a entraîné un changement comportemental vers l’épargne à court terme. Les clients voulaient s’assurer qu’ils avaient suffisamment d’argent pour couvrir leurs dépenses de base », explique Cyrus Pourmoslemi.

« Les gens épongeaient une perte ou une réduction de revenus sans avoir de fonds d’urgence. Malheureusement, beaucoup de gens ne pensent pas qu’une telle chose puisse leur arriver, ou bien ils croient qu’ils seraient en mesure de se remettre d’une situation de ce genre rapidement. Mais un grand nombre des conversations que j’ai avec mes clients portent maintenant sur l’importance de se constituer un fonds d’urgence et sur les façons de le faire. »

Tandis que la situation entourant la COVID-19 au Canada continue à évoluer, les clients de Cyrus Pourmoslemi recommencent à se renseigner sur l’investissement à long terme. Celui-ci continue de leur recommander de prendre le temps – même maintenant – de se constituer un fonds d’urgence afin de se préparer pour une future crise ou un événement financier imprévu.

« Avant la pandémie, les gens mettaient de l’argent de côté pour un voyage, par exemple », explique-t-il.

« Aujourd’hui, il est fort probable que cet argent n’ait pas été utilisé et qu’il pourrait plutôt aider les gens à se constituer un fonds d’urgence. »

Il suggère à ses clients qui veulent revoir leurs priorités financières en cas de crise de suivre quatre conseils.

Concentrez-vous sur vos besoins immédiats en analysant votre flux monétaire, c’est-à-dire l’argent qui entre et l’argent qui sort.

Il est toujours important de comprendre votre flux monétaire, mais après un événement financier inattendu, savoir ce qui a changé dans vos rentrées et vos sorties d’argent l’est encore plus, affirme Cyrus Pourmoslemi.

Cyrus Pourmoslemi a conseillé à ses clients d’envisager d’utiliser toutes les rentrées d’argent pour payer leurs besoins de base immédiats et de mettre les objectifs financiers à long terme sur la glace temporairement.

« Dans un premier temps, je vous recommanderais d’analyser votre chèque de paie ou toute autre rentrée d’argent de votre ménage afin d’établir le montant d’argent utilisé pour vos besoins et vos dépenses essentiels, pour ensuite évaluer ce qui reste pour vos désirs ou votre épargne à long terme, dit-il.

« Élaborer un budget mis à jour avec plusieurs catégories pour les dépenses peut devenir une lourde tâche. Utilisez plutôt un calculateur de flux monétaire comme celui de la TD. »

De plus, regrouper toutes les dépenses essentielles sous une même catégorie de facture, par exemple, peut vous aider à déterminer votre flux monétaire et simplifier ce processus. Vous pourrez ensuite utiliser les sommes restantes pour épargner ou pour faire d’autres achats jusqu’à ce que votre situation s’améliore.

Portez une attention aux changements de taux d’intérêt

Est-il mieux d’épargner l’argent qu’il vous reste après avoir payé vos besoins de base ou de l’utiliser pour payer vos dettes? Cette question donne du fil à retordre à bon nombre de Canadiens.

Cyrus Pourmoslemi explique que cela dépend de plusieurs facteurs, comme le contexte des taux d’intérêt en vigueur, ainsi que des objectifs, du montant des dettes et de la situation financière actuelle du client.

Parfois, les clients qui peuvent se constituer un petit fonds d’urgence en utilisant l’argent qui leur reste après avoir payé les dépenses essentielles ressentent moins d’anxiété, explique Cyrus Pourmoslemi. Cela peut aussi inciter les gens à prendre l’habitude de mettre de l’argent de côté pour les urgences, plutôt que de se fier au crédit renouvelable, qui pourrait être disponible ou non quand ils en ont besoin.

Cyrus Pourmoslemi recommande normalement à ses clients d’envisager d’utiliser toute somme restante pour payer les dettes ayant un taux d’intérêt élevé en premier. Cependant, si le client a des dettes liées à des produits à faible taux d’intérêt, une meilleure stratégie à long terme pourrait être d’épargner tout en remboursant les dettes.

Si les clients ont du mal à mettre de l’argent de côté, la meilleure option selon Cyrus Pourmoslemi serait probablement de restructurer la dette pour améliorer le flux monétaire et éviter d’avoir à se tourner du côté du crédit pour répondre aux besoins courants.

« Le conseil que je donnerais aux gens en tout temps, mais particulièrement en situation d’urgence, serait de ne pas avoir peur de parler à un conseiller et, durant l’entretien, de poser beaucoup de questions pour s’assurer qu’ils comprennent bien les conseils qu’on leur donne », dit-il.

« Beaucoup de gens sont encore intimidés à l’idée d’avoir une conversation avec un conseiller au sujet de l’argent, et ils peuvent l’être encore plus en temps de crise, mais beaucoup de bonnes habitudes et stratégies peuvent émerger après avoir brisé la glace et eu cette conversation. Prendre un rendez-vous avec un conseiller dans une succursale TD, c’est gratuit. »

Cyrus Pourmoslemi ajoute que quand ses clients sont ouverts et honnêtes avec lui concernant leurs finances, il est en mesure de leur offrir les meilleurs conseils possible.

Établissez des habitudes d’épargne au moyen d’un service de virement préautorisé

Même en temps de crise, il est possible d’établir un compte d’épargne pour les urgences. Pour vous aider à vous constituer lentement un fonds d’urgence, Cyrus Pourmoslemi recommande d’utiliser un service de virement préautorisé (SVP).

Un service de virement préautorisé vous permet de programmer un montant d’argent qui est automatiquement retiré de votre compte sur une base régulière, puis déposé dans un autre compte afin que vous ne soyez pas tenté de l’utiliser.

À la TD, vous pouvez programmer un service de virement préautorisé en nous appelant ou en allant en ligne pour établir la déduction de n’importe quel montant selon une fréquence qui vous convient. Cyrus Pourmoslemi conseille que votre premier objectif soit d’épargner l’équivalent d’environ trois mois de frais de subsistance.

« Je recommande aux clients qui programment un service de virement préautorisé pour la première fois et qui se demandent quel montant mettre de côté de commencer avec un montant avec lequel ils sont à l’aise pour l’instant », mentionne-t-il.

« Commencez par le faire pendant trois ou quatre mois, puis réévaluez. Il vaut mieux commencer avec un petit montant et voir comment ça se passe, puis l’ajuster en fonction de vos besoins et de vos objectifs d’épargne. »

Il ajoute que la chose la plus importante est de créer l’habitude d’épargne et d’avoir la satisfaction de voir son épargne fructifier au fil du temps.

Commencez à épargner de petits montants chaque fois que vous utilisez votre carte de débit TD

Si le service de virement préautorisé ne semble pas être une stratégie possible pour vous actuellement, mettre de petits montants de côté chaque fois que vous utilisez votre carte de débit est une autre stratégie d’épargne que vous pouvez essayer.

Les titulaires d’une carte de débit TD peuvent utiliser le programme SimplÉpargnes pour les aider à diriger des fonds dans leur compte d’épargne. Le programme arrondit les achats par carte de débit d’un minimum de 0,50 $ à un maximum de 5 $, selon vos instructions, puis dépose les fonds supplémentaires dans un compte d’épargne TD que vous avez sélectionné. Cyrus Pourmoslemi indique que cette méthode d’épargne, quoique modeste, peut être une bonne façon d’adopter une importante habitude.

« N’importe quel montant est un bon début lorsqu’on commence à épargner, dit-il.

Lorsque vous commencez à voir votre solde d’épargne fructifier, cela peut vous motiver à vouloir épargner davantage, y compris vous motiver à réduire vos dépenses. Cette façon de faire peut vous aider à vous concentrer à atteindre certains de vos objectifs financiers à long terme. »

Cyrus Pourmoslemi mentionne que le plus important en termes d’épargne est de demeurer réaliste par rapport à ce qu’il est possible de mettre de côté, puis d’ajuster le montant par la suite lorsque votre situation financière change.