Xéniaux : Une nouvelle génération est « née »

Les « xéniaux », terme récemment popularisé pour décrire les gens nés entre 1977 et 1983 (aussi les années de la trilogie Star Wars originale), se retrouvent pris en sandwich entre l’« apathique » génération X et les « égocentriques » milléniaux (génération Y).

Selon l’auteure Sarah Stankorb, qui a inventé le terme, « Entre la génération X et les milléniaux, il y a un groupe de gens… qui ne s’identifient à aucune de ces deux étiquettes. Nous les appelons les xéniaux — une microgénération qui fait le pont entre le cynisme de la génération X et l’optimisme insouciant des milléniaux. »

Cette microgénération des xéniaux est également unique parce qu’elle a connu une enfance analogique (comme les cassettes) et une vie adulte numérique (courriels et messagerie instantanée).

Vous ne savez pas si vous êtes un vrai xénial? Notablelife fournit quelques indices sur l’appartenance à cette microgénération :

  • Vous adoriez Nirvana, mais vous étiez trop jeune pour les voir en concert ou pour vraiment comprendre leur propos.
  • Vous faisiez des compilations de chansons sur cassette et vous aviez un baladeur.
  • Série noire au campus, Les Goonies, Le parc jurassique, Les collégiennes de Beverly Hills et La tête dans les nuages sont des films qui vous ont marqué.

Maintenant âgés de 34 à 40 ans, de nombreux xéniaux se retrouvent à un moment de leur vie où leurs obligations s’accumulent, qu’il s’agisse de l’augmentation des dépenses quotidiennes et mensuelles, des versements hypothécaires ou des services de garde d’enfants.

Las TD a récemment effectué un sondage auprès des xéniaux afin de savoir comment ils composent avec ces nouvelles réalités financières et comment ils se perçoivent à l’égard de l’épargne pour la retraite. Il s’avère que 70 % d’entre eux se sentent dépassés par la nécessité de concilier les obligations financières courantes et l’épargne en vue de la retraite.

Pour en savoir plus sur les résultats du sondage, cliquez ici.

 

Cela pourrait aussi vous intéresser :

Quand décembre revient, vous courez les magasins?