Services économiques TD : Au-delà de la Silicon Valley

Fotios Raptis, économiste principal
Yasmine El Baba, analyste en recherche économique

Lorsqu’on pense aux chefs de file mondiaux en technologie, la Silicon Valley est habituellement perçue comme le terreau fertile de l’innovation.

Toutefois, des centres novateurs en haute technologie se sont multipliés au-delà de la Silicon Valley et prennent de l’ampleur aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Chine et dans d’autres marchés émergents, ce qui menace l’hégémonie technologique présumée de la Silicon Valley. Même si cette région demeure la destination de choix vers laquelle convergent les talents et le financement en technologie, d’autres épicentres de l’innovation ailleurs aux États-Unis et dans le monde s’imposent comme concurrents.

Les industries de haute technologie s’immiscent de plus en plus au cœur d’une discussion mondiale, et la répartition géographique de l’innovation, bien qu’elle soit souvent difficile à mesurer, aide à améliorer la capacité de production des marchés locaux et la qualité de vie.

Pleins feux sur les villes canadiennes

En raison de son bassin de talents et de son coût concurrentiel, le Canada est très attrayant. Les villes canadiennes sont des leaders de la recherche en technologie financière, intelligence artificielle (IA), robotique et fabrication. Les écosystèmes de l’innovation à Toronto et à Montréal attirent l’attention dans le monde entier et sont devenus des foyers pour les sociétés financières d’innovation au cours des dernières années.

Les grands centres urbains du Canada sont de plus en plus intéressants pour les industries novatrices. L’Ontario et le Québec comptent le plus grand nombre d’emplois dans les technologies, et le secteur est en expansion dans l’ouest du pays. Les entreprises du Grand Toronto continuent de recevoir le plus de financement, mais Montréal talonne la Ville Reine. Les grandes villes canadiennes se sont spécialisées dans différents domaines et ont développé des écosystèmes conçus pour attirer et soutenir les entreprises en démarrage.

Montréal est reconnue comme la région ayant la plus forte concentration de recherche en IA. Rivalisant ardemment avec Toronto et Montréal, Vancouver s’est forgée sa propre identité sur la côte ouest. Le milieu technologique de Vancouver est dynamisé par ses liens avec des centres internationaux comme Seattle et la Silicon Valley ainsi que par la fibre entrepreneuriale de ses résidents.

Toronto est le centre technologique le mieux établi et le plus en vue au Canada. Cette ville se situe au cœur du corridor de l’innovation de l’Ontario, qui s’étend des environs de Kitchener et de Waterloo jusqu’à la vallée de l’Outaouais, en passant par Cambridge et le Grand Toronto. Ce corridor rassemble des entreprises technologiques, des centres de recherche et des établissements d’enseignement de calibre mondial, des bassins de talents, une infrastructure de connectivité et des sociétés de financement de l’innovation. Ce corridor jouit d’une grande diversité de domaines et se concentre principalement sur la technologie automobile, la sécurité, les mégadonnées et l’apprentissage automatique.

Historiquement, la force du Canada réside dans l’exportation de matières premières. Par conséquent, le pays accuse un retard dans sa capacité à commercialiser des produits finis novateurs. Malgré l’abondance de talents en STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques), le secteur technologique canadien souffre d’une pénurie de cadres supérieurs expérimentés capables de transformer des entreprises en démarrage en des chefs de file mondiaux.

L’absence d’entreprises locales de taille qui possèdent l’expertise nécessaire pour encourager les entreprises en démarrage et les transformer en des sociétés concurrentielles à l’échelle mondiale est responsable de l’enlisement des sociétés du secteur canadien des STIM dans un cycle de développement, puis de vente. En effet, les entreprises en démarrage canadiennes ont tendance à quitter la scène en se faisant acquérir par de grandes sociétés mondiales au lieu de poursuivre leur expansion pour devenir des entreprises mondiales.

En dernier lieu, la réticence au changement du milieu des affaires canadien ralentit l’adoption et le déploiement de la technologie. Hésitants à apporter des changements en raison des coûts additionnels, le gouvernement et les entreprises privées retardent l’intégration de nouvelles technologies. Paradoxalement, ces technologies ont souvent pour effet de rendre l’écosystème canadien plus concurrentiel et productif à long terme.

Au-delà de l’Amérique du Nord

L’essor de centres technologiques dans les pays en développement fait grand bruit. Des coûts moins élevés, l’accès à de larges bassins de talents et un délai de commercialisation des innovations plus court sont les principaux facteurs de l’expansion des centres d’innovation en Chine, en Inde et dans d’autres économies en développement.

Dirigé par le gouvernement et intégré dans son plan pour 2025, le programme d’innovation de la Chine a été un tel catalyseur de l’innovation que ses centres technologiques sont devenus de sérieux rivaux mondiaux de la Silicon Valley. Toutefois, le secteur technologique chinois est confronté à nombre de défis susceptibles de freiner les progrès à venir, comme l’écart persistant entre l’efficacité et la qualité, le manque de lois rigoureuses sur la propriété intellectuelle, le non-respect de la réglementation de l’Organisation mondiale du commerce et la forte dépendance aux investissements du gouvernement en période de ralentissement de la croissance économique et de l’augmentation des revenus du gouvernement.

L’innovation est souvent perçue comme un excellent moteur de croissance économique. Le commerce est souvent un véhicule de transfert des connaissances qui peut aider les régions moins développées à rattraper le peloton de tête et ainsi exercer un effet bénéfique sur l’ensemble de la population. Certains enjeux, soit d’éventuelles pertes d’emplois et l’exacerbation de l’écart entre les revenus, devront néanmoins être pris en considération par les décideurs politiques pour faire en sorte de tirer pleinement profit des nouvelles découvertes.

La poursuite de la tendance dans les années à venir est susceptible de procurer d’autres bienfaits économiques un peu partout dans le monde, en Chine et dans d’autres économies en développement qui priorisent l’innovation. Pour retirer tous les avantages du bourgeonnement du secteur technologique, de nombreux enjeux importants devront cependant être abordés.

Souvent, les gains monétaires de l’innovation se concentrent dans les mains de quelques grandes entreprises, tandis que les travailleurs des industries perturbées se retrouvent avec le petit bout du bâton. Les gouvernements peuvent jouer un rôle prépondérant pour veiller à une répartition plus égale des gains et à une diminution des inégalités.

En bref

Bien que la Silicon Valley demeure la première destination pour les talents et le financement en technologie, des centres de l’innovation dans d’autres villes des États-Unis et d’ailleurs sont des options de rechange attrayantes. Les investisseurs sont de plus en plus en quête de la prochaine découverte capitale, et le Canada recèle un grand potentiel compte tenu de son bassin de talents et de son coût concurrentiel. Ce pays abrite déjà de nombreux écosystèmes de l’innovation qui excellent en technologie financière, en intelligence artificielle, en robotique et en fabrication.

Le coup d’éclat est possiblement l’essor de pépinières technologiques dans les pays en développement. Les faibles coûts, l’abondance des talents et la possibilité de raccourcir la période antérieure à la mise en marché des découvertes rendent certaines villes d’Inde et de Chine très attrayantes pour les entreprises en démarrage nationales et étrangères.

La croissance du secteur technologique chinois a été stupéfiante, et la Chine est considérée comme la plus grande menace qui pourrait détrôner la Silicon Valley comme chef de file mondial. Le secteur technologique chinois est toutefois confronté à des obstacles qui pourraient contenir ses progrès futurs, principalement l’absence de lois rigoureuses sur la propriété intellectuelle et le non-respect de la réglementation de l’Organisation mondiale du commerce.

Le monde entier a beaucoup à gagner de l’attention accordée à l’innovation et de l’élargissement des foyers d’innovation dans de nouvelles régions. Les innovations qui améliorent la productivité et la qualité de vie sont perçues de façon nettement positive pour la croissance économique future en général. Toutefois, les défis posés par le bouleversement du marché du travail qui accompagne habituellement les progrès technologiques portent à croire que les décideurs ont un important rôle de gestion à jouer pour tirer pleinement parti de tous les avantages des nouvelles découvertes.

Pour lire le rapport complet des Services économiques TD, Beyond Silicon Valley: Technology Industries Now a Global Phenomenon, cliquez ici.