Services économiques TD : Le gouvernement du Canada annonce d’autres mesures pour établir un pont

Par Brian DePratto
Économiste principal

Le premier ministre Justin Trudeau a tenu une conférence de presse mercredi matin pour annoncer de nouvelles mesures visant à soutenir les Canadiens et les entreprises canadiennes touchés par la pandémie de COVID-19.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a ensuite donné sa propre conférence de presse pour fournir plus de précisions. Les mesures annoncées totalisent 82 milliards de dollars (environ 3,6 % du PIB). Ces mesures semblent s’ajouter aux mesures déjà annoncées, ce qui porte le total des annonces à ce jour à près de 4 % du PIB.

Des 82 milliards de dollars, 27 milliards (environ 1,2 % du PIB) seront versés sous forme de soutien direct aux Canadiens. Parmi les principales mesures annoncées :

  • Une allocation pour soins d’urgence pouvant atteindre 900 $ aux deux semaines versée aux personnes touchées, directement ou indirectement (c.-à-d. qui prennent soin d’un membre de leur famille malade ou qui sont forcées de rester à la maison avec leurs enfants), et qui ne sont pas admissibles aux prestations de maladie de l’AE, comme les travailleurs autonomes. Les demandes d’allocations pourront être faites en avril.
  • Une allocation de soutien d’urgence pouvant atteindre 5 milliards de dollars pour ceux qui perdent leur emploi ou dont le nombre d’heures a été réduit en raison de la COVID-19. Les détails de cette allocation étaient limités au moment de la rédaction du présent document.
  • Le doublement du crédit pour TPS pour l’exercice en cours. Cela totalisera environ 5,5 milliards de dollars et sera versé sous forme de paiement ponctuel spécial au début de mai. De même, le versement maximal de l’Allocation canadienne pour enfants (ACE) sera doublé cette année – le gouvernement estime que les familles qui touchent cette allocation recevront une augmentation moyenne de 550 $, qui sera versée dans le cadre du paiement de mai. L’augmentation de l’ACE devrait coûter 2 milliards de dollars.
  • Une série de mesures de moindre envergure visant les communautés autochtones, les personnes ayant des prêts étudiants, les retraités, les sans-abri et d’autres groupes vulnérables.
  • Le report du paiement de l’impôt jusqu’en septembre a également été annoncé, et la date limite de transmission de la déclaration de revenus des particuliers a été reportée à juin. Cette mesure devrait procurer des liquidités de 55 milliards de dollars, puisque cet argent demeurera dans les comptes des ménages pendant quelques mois supplémentaires.

D’autres mesures visant à soutenir les entreprises ont été annoncées :

  • Une subvention salariale temporaire de 10 % (jusqu’à 1 375 $ par travailleur et 25 000 $ par employeur) visant à prévenir les mises à pied, offerte au moyen d’une réduction des remises d’impôt par les entreprises admissibles.
  • Des changements apportés au Compte du Canada pour augmenter les limites. Ce compte est géré par EDC pour soutenir les exportateurs dans l’intérêt national, et ce rajustement devrait fournir un soutien supplémentaire au moyen de prêts, de garanties ou de polices d’assurance.

Certaines mesures, y compris l’augmentation de l’Allocation canadienne pour enfants et l’allocation de soutien d’urgence, devront être approuvées lors d’une session extraordinaire du Parlement. Le gouvernement a indiqué que cela se ferait rapidement.

D’autres annonces sont probablement à venir; le ministre Morneau a mentionné un programme d’assainissement des puits abandonnés et plusieurs autres initiatives dont les détails et les coûts ne sont pas encore disponibles.

Principales conséquences

Il s’agit d’un autre pas dans la bonne direction. Il peut être tentant de considérer les annonces d’aujourd’hui comme des mesures de relance, mais la métaphore la plus pertinente pourrait être celle de l'établissement d’un pont. L’économie canadienne risque de plonger brusquement dans un creux, car les dépenses s’essouffleront à la suite de la mise en œuvre des mesures comportementales nécessaires pour combattre la COVID-19, comme la fermeture de la frontière canado-américaine à tous les voyages non essentiels annoncée plus tôt ce matin. Ce que les mesures annoncées aujourd’hui et celles à venir devraient faire, c’est offrir une solution provisoire aux entreprises et aux ménages en attendant le retour à une situation plus normale.

En pratique, établir un pont signifie atténuer rapidement les répercussions à court terme du ralentissement économique dans des secteurs clés sur les employés et leur famille. L’annonce d’aujourd’hui aidera ceux qui ne sont pas en mesure de travailler et contribuera grandement à répondre aux préoccupations de ceux qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi.

Pour ce qui est de la rapidité, même si un délai de deux semaines est long en pleine crise sanitaire, étant donné les difficultés liées à l’intégration de nouvelles mesures dans les systèmes actuels, la mise en place de ce mesures est probablement aussi rapide qu’il est raisonnablement possible de le faire.

Du point de vue de la croissance, les mesures de relance d’environ 1,7 % du PIB annoncées jusqu’à maintenant devraient contribuer à atténuer le repli économique à court terme (nous considérons le report d’impôt de 55 milliards de dollars davantage comme une mesure de liquidité qu’une mesure de relance). Ces changements sont les bienvenus, mais on peut en faire plus. En particulier, la subvention salariale de 10 % pour les petites entreprises pourrait avoir une incidence limitée compte tenu de l’ampleur du choc auquel bon nombre de ces entreprises sont confrontées. En comparaison, plusieurs économies européennes offrent une subvention complémentaire de 75 % ou plus. Bien que de telles mesures soient coûteuses, il ne faut pas oublier l’analogie du pont – ces mesures seront, par définition, temporaires.

À ce sujet, le ministre Morneau a indiqué clairement que d’autres annonces seront faites, en précisant « d’autres mesures sont à venir ». Les propos tenus et les mesures prises jusqu’à maintenant laissent croire que le gouvernement est prêt à revoir ses politiques et à réagir à l’évolution de la situation.

Jusqu’à présent, la Banque du Canada a agi de façon proactive et encourageante en réduisant les taux d’intérêt et en prenant des mesures de liquidité pour aider à maintenir le système financier en bon état de fonctionnement et encourager l’activité économique (voir notre résumé). Il est donc quelque peu surprenant que le gouverneur Stephen Poloz, qui s’est joint au ministre Morneau lors de l’annonce de ce matin, n’ait annoncé aucune nouvelle mesure.

Bien que de nombreuses politiques aient été mises en place, la remontée des taux vers la fin de la journée d’hier (comme le taux des obligations d’État à cinq ans) donne à penser qu’il faudra peut-être en faire plus. Nous ne devrions pas avoir à attendre très longtemps avant que le gouverneur Poloz fasse une nouvelle annonce.

Brian DePratto

Économiste principal

Services économiques TD