À Waterloo, un programme unique contribuera à une économie à faibles émissions de carbone au Canada

Si vous ne connaissez pas bien les environs de Waterloo, en Ontario, vous pourriez bien ne pas remarquer le David Johnston Research + Technology Park (R+T) lorsque vous empruntez la rue Columbia pour vous rendre en ville.

Juste au nord du campus boisé de l’Université de Waterloo, le R+T ressemble à tout autre parc industriel que vous pourriez trouver près d’un autre campus universitaire, malgré qu’il abrite certaines des entreprises technologiques les plus connues dans le monde.

Et lorsque le laboratoire TD pour un avenir durable (le premier programme d’accélération de technologies propres à Waterloo) ouvrira ses portes dans le parc en décembre 2018, son unique but sera de muscler l’économie à faibles émissions de carbone du Canada en offrant à des entreprises en démarrage qui travaillent à des solutions à des problèmes environnementaux un espace pour croître.

« En ce qui concerne les technologies propres, le Canada perd du terrain, affirme John Stevens, VP, Stratégie et relations externes, Accelerator Centre (qui dirigera le laboratoire TD pour un avenir durable). Nous nous retrouvons à la traîne par rapport à d’autres pays, et il est de plus en plus évident que quelque chose doit être fait. C’est pourquoi nous avons créé ce programme unique de technologies propres fondé sur le Accelerator ProgramMC, notre programme d’accélération pour entreprises en démarrage primé et reconnu mondialement. Nous savons que le Canada a besoin d’une offre unique dans un bâtiment unique pour que les technologies propres se développent. »

Le programme, qui appuiera jusqu’à 40 entreprises sur cinq ans, aidera les entrepreneurs à transformer leurs idées en entreprises, grâce à des occasions de mentorat et de financement, dans un guichet unique. Outre les ressources du laboratoire, la proximité avec l’Université de Waterloo est un facteur important pour les entrepreneurs qui participeront au programme.

« Si on prend par exemple une entreprise en démarrage qui travaille à régler un enjeu d’énergie durable et qui est aux prises avec une question sans réponse; il suffira de traverser le hall pour parler à un chercheur de l’Université qui travaille sur ce genre de problème en permanence », souligne M. Stevens.

« En outre, les chercheurs ont besoin d’un endroit pour tester leurs idées, donc le laboratoire sera également une ressource importante pour la communauté universitaire », ajoute M. Stevens.

Le laboratoire sera situé dans un endroit on ne peut plus approprié : le tout nouveau bâtiment à énergie positive de Waterloo, evolv1, le premier bâtiment commercial de ce genre au Canada, qui vise non seulement à ne produire aucune émission de carbone, mais également à assainir l’environnement.

« Les Canadiens tiennent résolument à améliorer la durabilité, affirme Paul Salvini, chef de la direction, Accelerator Centre. Pour la première fois, nous rassemblons des organisations de toute la région pour soutenir les entrepreneurs qui se passionnent pour l’économie à faibles émissions de carbone et qui veulent concrétiser leurs idées ambitieuses. »

La TD, dans le cadre de La promesse Prêts à agir, offre une somme d’un million de dollars pour contribuer à la création du laboratoire.

« Créer une économie à faibles émissions de carbone constitue une occasion pour le Canada, et cette contribution importante s’appuie sur notre objectif d’aider à créer un avenir durable et inclusif, soutient Nicole Vadori, chef de l’environnement de la TD. La région de Waterloo a une histoire riche en innovation et en soutien du développement des entreprises et des leaders technologiques mondiaux. Nous croyons que notre contribution aux entreprises locales de technologies propres les aidera à être concurrentielles dans le marché mondial. »

Des technologies telles que les voitures électriques ou les panneaux solaires sont de bons exemples de technologies propres que de nombreux Canadiens connaissent déjà, mais des méthodes de production des aliments plus respectueuses de l’environnement ou des applications pour téléphone intelligent qui nous aident à gérer notre consommation d’énergie à la maison sont d’autres exemples d’innovations du secteur qui améliorent nos vies, de façon durable.

Selon M. Stevens, l’une des caractéristiques les plus recherchées dans les technologies des entreprises qui demandent de participer au programme est leur capacité à contribuer à un monde meilleur.

« Nous ne voulons pas d’entreprises qui cherchent uniquement à refaire ce qui a déjà été fait, affirme M. Stevens. Lorsqu’une nouvelle entreprise pose sa candidature au programme, nous nous demandons : est-ce que cette technologie ou ce concept contribuera à un monde meilleur? C’est au cœur de notre démarche. »

Pour en savoir plus sur les programmes du Accelerator Centre, visitez acceleratorcentre.com.