Comment gérer quatre conversations possiblement embêtantes durant les fêtes

Vous venez de vous mettre à table pour un souper en famille, et avant même le service de pommes de terre en purée, la conversation glisse vers un sujet que vous redoutez toujours à cette période de l’année : l’argent.

Les finances personnelles font partie des sujets délicats qu’il semble impossible d’éviter durant les fêtes. Il peut être particulièrement pénible de parler de finances en famille : selon un récent sondage mené par T. Rowe Price, le tiers des jeunes adultes affirment qu’il était tabou de parler d’argent à la maison durant leur enfance.

Cependant, les conversations embêtantes sur l’argent n’ont pas à mettre un frein aux festivités en famille. Voici quatre sujets de conversation courants qui pourraient survenir durant les fêtes ainsi que des conseils pour bien vous en sortir.

« Ne nous offrons pas de cadeaux cette année »

Vous avez peut-être eu une année difficile ou vos priorités financières pourraient avoir changé. Ou vous en avez peut-être tout simplement assez d’acheter des cadeaux dont les gens n’ont pas vraiment besoin. Quelle que soit la raison, il peut être délicat de dire à vos proches que vous préféreriez laisser tomber le traditionnel échange de cadeaux durant les fêtes.

LIRE: 3 améliorations aux conseils habituels de budget pour les fêtes

Si vous n’avez pas de budget pour acheter des cadeaux, dites-le aux membres de votre famille avant que tout le monde anticipe avec fébrilité le déballage de cadeaux. Parlez-leur individuellement à l’avance, en personne ou au téléphone, expliquez les raisons pour lesquelles vous ne souhaitez pas offrir de cadeaux et suggérez d’autres activités pour profiter des fêtes, comme une soirée cinéma en famille, un atelier de fabrication de cadeaux ou une collecte d’argent afin de faire un don à un organisme de bienfaisance.

« Vous gâtez trop mon enfant »

Vous aimez donner des cadeaux et en recevoir, mais vous préféreriez que votre enfant ne soit pas aussi gâté? Que ce soit parce que leurs enfants ont trop de jouets, ou parce qu’elles essaient de leur montrer que les fêtes ne se limitent pas aux cadeaux, certaines personnes peuvent être très préoccupées par les membres de la famille qui gâtent trop leurs enfants.

Avant d’aborder le sujet, gardez en tête que vos proches ont de bonnes intentions, même s’ils dépensent un peu trop. Remerciez-les de leur générosité et soyez ouvert et franc concernant la raison pour laquelle vous voulez réduire la quantité de cadeaux que votre enfant reçoit. Suggérez à vos proches d’autres façons de montrer leur amour pour vos enfants et invitez-les à passer de beaux moments avec eux, comme une escapade de fin de semaine ou une visite à une attraction locale.

« J’ai besoin d’emprunter un peu d’argent »

La conversation des fêtes potentiellement la plus délicate est peut-être celle où un membre de la famille nous demande d’emprunter de l’argent. Prêter de l’argent à quiconque comporte des risques, mais cela peut être particulièrement compliqué lorsqu’il s’agit d’un membre de la famille. Si tout se passe bien, vous pourriez aider un proche. Mais êtes-vous prêt à courir le risque de nuire à vos relations si les choses se déroulent mal?

LIRE: Qu’offrez-vous comme cadeau des fêtes à la personne qui promène votre chien? Et à l’enseignant de votre enfant?

Évitez de donner une réponse définitive en pleine réunion de famille. Dire oui tout de suite pourrait entraîner des problèmes plus tard, et refuser pourrait froisser votre proche. Expliquez-lui plutôt que vous voulez apporter votre soutien de toutes les façons possibles, mais que vous devrez réfléchir à votre capacité à prêter de l’argent. Après avoir élaboré un plan de prêt, planifiez un moment pour en discuter seul à seul avec votre proche. Et si vous décidez de ne pas lui prêter d’argent, faites preuve de compassion et offrez-lui de l’aider d’autres façons durant cette période difficile.

« Quand vas-tu… »

« Acheter une maison? » « Te marier? » « Terminer tes études? » Pour beaucoup d’entre nous, les fêtes sont une période où il faut répondre à toutes sortes de questions que des proches souvent bien intentionnés nous posent sur notre vie. Il peut être pénible de devoir répondre à des questions qu’on préférerait éviter, et frustrant de sentir que les membres de notre famille portent un jugement sur nous.

Si vous devez répondre à de telles questions, restez calme et gardez en tête que vos proches ne comprennent pas nécessairement votre situation financière, votre mode de vie ou encore les réalités économiques auxquelles vous faites face. Si votre oncle vous demande où en sont vos projets d’achat de maison, par exemple, il se peut très bien qu’il ne pense pas à l’évolution des tendances dans le marché immobilier depuis qu’il est lui-même propriétaire. Alors, restez calme, gardez un ton léger et usez de ruse pour détourner la conversation!