Contribuer à réduire le sous-emploi chez les néo-Canadiens qualifiés

Lorsque Charles est parti du Nigéria en 2012 pour s’installer au Canada, il avait plus de 20 ans d’expérience comme avocat, mais, comme plusieurs professionnels formés à l’étranger, il n’avait pas les permis d’exercice requis pour occuper le même emploi au Canada.

Déterminé à pratiquer de nouveau sa profession, Charles a accepté un gagne-pain pour assurer sa survie : un emploi comme agent de sécurité pour lequel il était surqualifié, qui lui a servi à payer ses examens et à faire vivre sa famille.

Il a vite réalisé que pour réussir à obtenir les permis nécessaires pour pratiquer le droit au Canada, il devrait passer plus de temps à étudier. Mais s’il réduisait son horaire de travail, il aurait du mal à subvenir aux besoins de sa famille et à payer les examens.

La situation de Charles n’est pas unique. Chaque année, le Canada attire des milliers de nouveaux arrivants qui sont devant des défis semblables.

Heureusement, Charles a pu profiter d’un prêt de Windmill Microlending qui l’a aidé à couvrir les frais d’examen, ce qui lui a permis de réaliser son rêve d’être membre du Barreau de l’Alberta et d’occuper un premier emploi d’avocat au Canada.

Windmill est l’un des 10 organismes en Amérique du Nord qui ont reçu une subvention d’un million de dollars dans le cadre du tout premier défi TD Prêts à agir, qui visait à trouver des solutions aux changements dans le marché du travail qui entraînent un besoin urgent de repenser le développement des compétences, d’accroître la stabilité des revenus et de favoriser une économie plus inclusive.

Les nouveaux arrivants au Canada font face à toute une gamme d’obstacles qui peuvent mener au sous-emploi : les compétences linguistiques, l’absence de réseau professionnel, ainsi que les dépenses entraînées par l’immigration, l’installation, la formation et l’obtention de permis de pratique au Canada lorsque l’expérience et les titres acquis à l’étranger ne sont pas reconnus.

À LIRE : Aider les nouveaux Canadiens à développer la confiance financière nécessaire pour atteindre leurs objectifs

Alors que la migration internationale comptait pour près de 80 % de l’accroissement de la population du Canada en 2017-2018, le sous-emploi d’immigrants compétents a des répercussions à long terme. En fait, le Conference Board du Canada estime que le sous-emploi fait perdre aux immigrants jusqu’à 12,7 milliards de dollars en salaire chaque année. Cette perte ne touche pas seulement les nouveaux arrivants et leur famille, mais aussi les collectivités qu’ils soutiennent et la productivité économique canadienne.

Par l’entremise de La promesse Prêts à agir, la plateforme de responsabilité sociale de la TD, conçue pour aider à ouvrir les portes à un avenir plus inclusif, la TD s’engage à soutenir des organismes qui croient que l’inclusion économique et sociale des nouveaux arrivants est un avantage pour tous.

Alors que la migration internationale comptait pour près de 80 % de l’accroissement de la population du Canada en 2017-2018, le sous-emploi d’immigrants compétents a des répercussions à long terme. En fait, le Conference Board du Canada estime que le sous-emploi fait perdre aux immigrants jusqu’à 12,7 milliards de dollars en salaire chaque année.

Certains de ces organismes s’emploient spécifiquement à aider les nouveaux arrivants comme Charles, qui se heurtent à des obstacles à l’emploi, à intégrer le marché du travail au Canada, à prospérer et à atteindre la sécurité financière.

Consciente des obstacles qui attendent les nouveaux arrivants, la TD vise à offrir son soutien de diverses façons, grâce à ses employés, à ses activités et à sa philanthropie. En plus de La promesse Prêts à agir, des programmes d’éducation financière, des forfaits bancaires personnalisés pour les néo-Canadiens, du service offert en plus de 240 langues et du récent partenariat avec Tent Partnership for Refugees, la TD est déterminée à comprendre les besoins immédiats et les problèmes auxquels les réfugiés font face.

Transformer les compétences des femmes en STIM

ACCES Employment, un autre des 10 organismes qui a reçu une subvention d’un million de dollars du défi TD Prêts à agir, aide les chercheurs d’emploi qui rencontrent des difficultés à s’intégrer dans le marché du travail au Canada. ACCES y parvient en offrant des services liés à l’emploi, en mettant en contact des employés et des gens compétents et en créant de solides réseaux, en collaboration avec des partenaires communautaires.

Allison Pond, présidente et chef de la direction d’ACCES, croit que l’un des plus grands obstacles auxquels se heurtent les nouveaux arrivants est l’incidence de la technologie sur le futur marché de l’emploi.

« Avec les avancées technologiques comme l’IA et la robotique, nous ne savons pas exactement de quoi aura l’air le marché de l’emploi de l’avenir, affirme Allison Pond. Mais nous savons que la littératie numérique sera cruciale pour que les chercheurs d’emploi connaissent du succès. »

Récemment, ACCES a reconnu que les STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) étaient des domaines à forte croissance et a créé un programme destiné à offrir à des femmes immigrantes de la formation en programmation, en codage et en cybersécurité.

« Traditionnellement, les femmes sont sous-représentées dans les STIM, et les femmes immigrantes en particulier font face à des obstacles pour accéder à des emplois dans ce domaine en forte croissance, souligne Allison Pond. En tant qu’organisme, nous cherchons à offrir l’option plus que nécessaire de recevoir une formation en technologie qui aura des retombées importantes sur la vie des femmes immigrantes. »

L’initiative WiT (Women in Technology) permettra d’offrir des formations à des participantes qui pourront entrer en contact directement avec des employeurs qui recrutent, grâce à diverses activités de mentorat, à des conférences et à des projets d’apprentissage concrets. Dans le cadre de cette formation, les participantes acquerront des compétences techniques et générales essentielles qui les aideront à connaître du succès dans les STIM.

Accroître la stabilité des revenus pour les immigrants compétents

Selon Paula Calderon, directrice nationale, Succès des clients, Windmill Microlending, la difficulté de poursuivre une carrière existante faute de reconnaissance de leur formation, de leurs compétences, de leurs titres et de leur expérience, est un problème qui touche la vaste majorité des immigrants et des réfugiés au Canada.

Cela mène souvent au sous-emploi, dans des emplois de survie, parce que ces personnes ne peuvent pas acquitter les frais d’accréditation ou de permis de pratique au Canada. De plus, elles sont souvent incapables d’accéder à du crédit au Canada parce qu’elles ont un revenu peu élevé, sans historique de crédit au Canada.

À LIRE : Voici les lauréats d’une subvention du défi TD Prêts à agir 2018

Windmill souhaite accroître la stabilité des revenus des nouveaux arrivants grâce à un programme qui offre des prêts allant jusqu’à 10 000 $ à taux d’intérêt peu élevé à des immigrants compétents, pour acquitter les coûts de la formation, des manuels et du matériel, des frais d’adhésion à des associations professionnelles, ainsi que l’obtention des permis requis pour travailler dans leur domaine.

« En tant qu’organisme de bienfaisance canadien qui essaie d’améliorer l’accès à l’emploi aux immigrants au Canada, nous avons une immense responsabilité de veiller à ce que nos clients connaissent du succès et occupent des emplois gratifiants, affirme Paula Calderon. La subvention de la TD nous aidera à développer et à mettre en œuvre de nouveaux outils et une méthodologie qui nous permettra de mieux guider et soutenir nos clients vers un avenir prospère. »

Perspectives d’avenir

Avec l’aide d’organismes tels que Windmill et ACCES, Charles a pu acquitter les frais d’examen et réaliser son rêve de devenir membre du Barreau de l’Alberta, ce qui lui a permis d’obtenir son premier emploi d’avocat au Canada.

Mais, bien que le Canada demeure un pays très attirant pour les immigrants, la transformation et le rehaussement des compétences pour l’avenir exigeront une collaboration entre des organismes privés, publics et à but non lucratif. Ce défi ne peut pas être surmonté par une seule personne, une seule entreprise, un seul organisme ou un seul gouvernement.

Paula Calderon et Allison Pond s’entendent pour dire que les employeurs et les organismes qui accueillent les nouveaux arrivants au pays doivent travailler ensemble pour briser le moule des pratiques traditionnelles de recrutement et puiser dans le vaste bassin de talents que les nouveaux immigrants ont à offrir.

« Le soutien que la TD a donné à ACCES nous a permis de développer une variété d’initiatives et d’améliorer concrètement les choses pour les nouveaux Canadiens, souligne Alison Pond. Même que, au cours des 10 dernières années, la TD a engagé 700 personnes issues de notre programme, ce qui témoigne bien de la force des partenariats avec les entreprises. »

Paula Calderon affirme que pour aider les nouveaux arrivants à trouver des emplois qui leur permettent de s’épanouir et de bien gagner leur vie, nous avons tous la responsabilité de veiller à leur intégration économique.

« Lorsque des immigrants, comme moi, sont capables de s’intégrer à la main-d’œuvre canadienne, ils peuvent avoir une carrière gratifiante et prospère. L’inclusion rend les collectivités plus fortes et plus saines, et mieux équipées pour répondre aux défis de l’avenir dans un monde en évolution. »


Le défi TD Prêts à agir est une initiative nord-américaine qui comporte jusqu’à dix subventions d’un million de dollars canadiens chaque année pour la mise en œuvre de solutions novatrices, applicables dans un monde en constante évolution. Le défi TD Prêts à agir 2018 portait sur la question de la sécurité financière, et les subventions ont été offertes à des organismes qui proposaient des solutions applicables à grande échelle pour aider à ouvrir les portes à un avenir plus inclusif et durable.

Lancée et financée par la TD, cette nouvelle initiative joue un rôle clé dans la nouvelle plateforme d’entreprise citoyenne de la Banque : La promesse Prêts à agir. Pour en savoir plus, visitez www.td.com/LaPromessePretsAAgir