Derrière la lentille : Faites connaissance avec Riley McGarrity, chef multimédia

La TD est fière d’employer plus de 85 000 personnes partout en Amérique du Nord et dans le monde, et bon nombre de ces personnes occupent des postes bien spéciaux qui ne sont pas habituellement associés à une institution financière.

Dans cette plus récente version de la série « Voici la TD », nous vous présentons des personnes qui ont un travail créatif à la TD et qui ajoutent dimension et profondeur à notre culture.


Lorsqu’il fréquentait l’école secondaire, Riley McGarrity consacrait la plupart de son temps à deux activités, les sports extrêmes et la vidéo. Or, il ne lui serait jamais venu à l’esprit que ces deux passions allaient un jour déboucher sur une carrière.

« Comme mes amis étaient beaucoup plus enclins que moi à prendre des risques, j’ai fini par devenir le caméraman attitré de notre groupe, nous raconte M. McGarrity. J’ai eu beaucoup de plaisir à capter la beauté artistique de tous leurs exploits : pas une rotation, pas un flip, pas une figure ne m’échappait. »

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, toutes ces années à filmer ses amis glisser – et tomber! – dans des cages d’escalier, sur des garde-corps et sur les pentes l’auront finalement mené à ses tâches actuelles en tant que chef d’équipe multimédia pour Valeurs Mobilières TD, tâches dans le cadre desquelles il aide l’entreprise à raconter des histoires uniques au moyen des nouveaux canaux numériques.

LIRE: Voici Martha MacInnis, chef, Conception et expérience, Services bancaires de détail

Malgré sa passion pour la vidéo et la communication, Riley McGarrity a quand même failli emprunter un autre parcours professionnel, complètement différent. En effet, au départ, il envisageait d’étudier en affaires une fois son diplôme d’études secondaires en poche. Il ne lui aura pas fallu beaucoup de temps pour se rendre compte toutefois que cette vie n’était pas pour lui. M. McGarrity s’est alors tourné vers la production télévisuelle, espérant obtenir un emploi à MuchMusic ou travailler pour un réseau de sports télédiffusés.

Une fois son diplôme obtenu, Riley McGarrity a trouvé un emploi dans une agence de production. Peu après, un de ses amis (qui travaillait à la TD) l’a encouragé à travailler pour la Banque.

Au début, cette perspective le laissait indifférent et il a décliné l’offre.

« À l’époque, je ne pouvais tout simplement pas croire qu’une telle occasion de travail créatif pouvait exister à la TD », dit-il.

LIRE: Voici Stuart Keeler, conservateur d’art principal

Finalement, son ami l’a persuadé de venir grossir les rangs de la Banque.

C’est ainsi qu’en 2013, Riley McGarrity a commencé sa carrière chez nous en offrant du soutien au service de technologie de Valeurs Mobilières TD, dans le cadre d’un contrat de service de six mois en multimédia. Aujourd’hui, cinq ans plus tard, il dirige une équipe multimédia au sein de l’équipe Création. Cette équipe est tout particulièrement chargée de soutenir les initiatives marketing de Valeurs Mobilières TD et ce soutien peut prendre pratiquement n’importe quelle forme, que ce soit en mettant au point et en produisant des campagnes vidéo portant sur les programmes d’énergie renouvelable en vigueur à la Banque, ou encore, en prenant des photos des membres de l’équipe de direction ou dans le cadre d’un événement.

Tous les jours, le rôle que joue M. McGarrity lui donne l’occasion d’utiliser une panoplie de plateformes multimédia pour raconter les histoires de Valeurs Mobilières TD. Il peut donc recourir aussi bien à la vidéo qu’aux graphiques animés et à la photographie pour mener sa tâche à bien.

« La plupart des gens sont étonnés quand ils apprennent ce que je fais comme travail à la Banque », dit Riley McGarrity, qui ajoute avoir été lui-même surpris quand il a su que la TD embauchait des équipes de création à l’interne, plutôt que de recourir aux services d’agences externes. Et il n’était pas au bout de ses surprises : il allait voir son autre passion – les voyages – faire partie intégrante de sa tâche. En effet, pour produire des vidéos sur Valeurs Mobilières TD, il s’est rendu à New York ainsi qu’à l’ouverture de nouveaux bureaux à Tokyo!

LIRE: Passer à l’histoire : Voici Amy Korczynski, archiviste

 « Peu importe où on se trouve et ce qu’on nous demande de filmer, on veut toujours raconter une histoire percutante et captivante, une histoire qui va toucher les gens d’une façon ou d’une autre. C’est intéressant d’essayer de trouver la meilleure façon d’y arriver. »

Image capturée par McGarrity lors d'un tournage d'une vidéo de sensibilisation mettant en vedette l'expérience d'un collègue vivant avec la synesthésie.
Image capturée par McGarrity lors d'un tournage d'une vidéo de sensibilisation mettant en vedette l'expérience d'un collègue vivant avec la synesthésie.

Au-delà des campagnes et des projets de marketing, M. McGarrity souligne que c’est la possibilité d’utiliser une manière visuelle de raconter une histoire pour sensibiliser les gens à l’égard d’un sujet qui revêt une importance particulière pour lui. Et ce sont des sujets comme la sensibilisation à la santé mentale ou le fait de raconter l’histoire de collègues, comme une vidéo qu’il a aidé à produire à propos d’un collègue atteint d’une rare condition sensorielle appelée synesthésie, qui font que son travail reste toujours aussi stimulant.

« Nous avons été en mesure de saisir comment cet artiste peint la musique en transposant le son en couleurs, en dessins, en toiles et en illustrations artistiques. Pour moi, c’était passionnant », se souvient Riley McGarrity. Ce qui ne l’empêche pas d’être fasciné par des campagnes vidéo sur des sports extrêmes produites par des marques telles que Red Bull, ou encore, par les montages saccadés propres à BMX, qui montrent les athlètes en pleine action.  

« Ce qui est particulièrement difficile lorsqu’on filme des sports extrêmes, c’est la vitesse à laquelle on doit travailler et toute la pression, précise-t-il. Il suffit que quelqu’un réussisse une figure spectaculaire au moment où la caméra n’est pas correctement paramétrée pour que les gens vous en veuillent pendant longtemps. Le fait d’avoir été exposé à cette réalité quand j’étais jeune m’aura certainement été utile dans ma carrière en tant que professionnel de la création. »