Intelligence artificielle et innovation: l’Université de Toronto change la donne dans les soins de santé au Canada

Dans tous les secteurs, l’intelligence artificielle vient bousculer les pratiques établies tout en permettant aux entreprises de repenser leur façon d’approcher les défis complexes. Le secteur de la santé ne fait pas exception.

L’IA est déjà capable de supprimer des obstacles pour les personnes malvoyantes et pourrait faire avancer la médecine préventive en proposant des recommandations et des traitements personnalisés en matière de santé.

Des scientifiques des données de Layer 6 appuient un projet de recherche étudiant en informatique de l’Université de Toronto auquel collabore Laura Rosella, professeure agrégée à l’Université de Toronto, en élaborant des modèles avancés d’apprentissage machine afin d’améliorer la situation de santé de personnes diabétiques au Canada.

Le premier objectif de la recherche consiste à mieux établir les sous-types de patients atteints de cette maladie chronique très répandue. La recherche fera ressortir les possibilités qu’offre l’apprentissage machine de permettre des traitements plus personnalisés et efficaces, tout en favorisant une utilisation plus efficiente des ressources en santé.

« Le domaine des soins de santé représente l’un des prochains grands défis de l’intelligence artificielle, qui pourrait avoir un impact positif bien réel sur la vie des Canadiens. C’est aussi une occasion pour nous de continuer à être un chef de file mondial en faisant progresser les talents et les possibilités de l’IA au Canada, affirme Tomi Poutanen, cofondateur de Layer 6 et chef, IA de la TD. Le potentiel illimité qu’offrent les données pour des thérapies personnalisées, des approches sur mesure et des diagnostics précoces accessibles à tous les Canadiens est ce qui motive notre équipe à avancer et à continuer d’innover. »

Les capacités d’apprentissage machine impliquent souvent des technologies capables d’analyser des ensembles complexes de données liées à la santé, dans le but de réduire potentiellement les erreurs médicales, de poser le diagnostic précoce de problèmes de santé et de prédire l’évolution possible de l’état de santé, ce qui permet aux chercheurs et aux médecins de mieux comprendre les besoins des patients.

Les entreprises investissent souvent dans l’apprentissage machine principalement pour mieux comprendre leurs propres clients et offrir des conseils et des solutions pour améliorer leur vie; mais puisque la TD est déterminée à favoriser des soins de santé plus équitables pour les Canadiens, elle explore des applications de l’apprentissage machine qui vont au-delà des services financiers.

Lorsque la Banque a fait l’acquisition de Layer 6, un leader mondial en IA, en janvier dernier, les deux entreprises se sont engagées à consacrer du temps et des ressources pour explorer les façons dont l’intelligence artificielle pourrait être utilisée pour le bien commun.

En outre, la TD a annoncé jeudi une nouvelle promesse de don de 2,5 millions de dollars échelonné sur cinq ans pour soutenir le Creative Disruption Lab (CDL) Health Stream de l’Université de Toronto, un programme de démarrage qui vise à transformer les entreprises scientifiques en démarrage en entreprises à fort potentiel de croissance.

« Nous savons que la réussite à long terme de notre entreprise dépend de la résilience et de la santé des gens que nous servons. Nous sommes ravis d’appuyer le CDL avec cette contribution, qui aidera à accélérer les progrès dans les soins de santé grâce à de nouvelle idées et à l’entrepreneuriat, déclare Andrea Barrack, vice-présidente, Responsabilité sociale à l’échelle mondiale de la TD. Depuis longtemps à la TD, nous avons l’objectif de contribuer à enrichir la vie de nos clients, de nos collectivités et de nos collègues. »

En 2015, CDL-Toronto a lancé sa division IA, dans une ville maintenant reconnue comme une puissance technologique mondiale pour les entreprises d’IA en démarrage.

« L’Université de Toronto a une longue tradition d’innovation dans les soins de santé, qui remonte à la découverte de l’insuline en 1921, affirme Sonia Sennik, directrice générale du Creative Destruction Lab. Grâce à la TD, le Creative Destruction Lab peut accélérer l’exécution de son programme et continuer à bâtir sur cet héritage pour réaliser une toute nouvelle génération de percées médicales. »

Les nouveaux engagements annoncés le 11 octobre s’inscrivent dans le soutien continu de la TD à des initiatives innovatrices liées aux soins de santé qui peuvent créer un contexte plus équitable pour les Canadiens.