La TD a du cœur : Des personnes ayant une incapacité peuvent courir un marathon grâce à Tyrrell Schmidt

La série La TD a du cœur vise à présenter des collègues qui rendent un service communautaire extraordinaire aux retombées considérables.  


Les courses les plus mémorables de Tyrrell Schmidt ne sont pas celles lors desquelles elle a battu ses records de vitesse.  

L’événement qui l’a le plus marquée? Le marathon Dopey Challenge de Disney World, où elle était l’une des deux guides de Cedric King, un participant qui a perdu ses deux jambes après avoir marché sur un engin explosif improvisé lors de son service en Afghanistan.

« C’était très émouvant. Nous avons reçu un appui incroyable de la part des personnes présentes à la course », raconte-t-elle. « Il nous a fallu sept heures et demie pour franchir la ligne d’arrivée et du début à la fin, tout le monde nous a encouragés, y compris les autres coureurs. »

Tyrrell travaille à Toronto en tant que VP, Marque mondiale et chef, Expérience client. Elle a commencé la course à pied il y a 30 ans et depuis, cette activité occupe une place importante dans sa vie. Ses premières fréquentations avec son mari ont même eu lieu dans le cadre d’un entraînement pour un demi-marathon.

Il y a six ans, Tyrell a décidé de devenir guide bénévole de marathons ou demi-marathons pour les coureurs ayant des incapacités, dont bon nombre sont aveugles ou malvoyants. Son expérience a enrichi sa vie et lui a donné une raison de se lever à six heures par des matins frisquets pour s’entraîner avec la personne qu’elle guide et ainsi s’assurer qu’ils sont prêts à travailler en équipe le jour de la course.

« Je suis nerveuse chaque fois que je cours en tant que guide », dit-elle. « Je sens que j’ai le devoir de ne pas laisser tomber l’athlète que j’accompagne. On tient bon grâce aux encouragements de la foule et on inspire les gens. Le bénévolat a un effet positif dans la vie d’une autre personne, mais en réalité, je reçois beaucoup plus que ce que je donne. »

Achilles Hope & Possibility de la ville de New York

Tyrrell a hâte au prochain événement : la 17e course sur route Achilles Hope & Possibility commanditée par la TD, qui se déroulera le dimanche 23 juin à Central Park, dans la ville de New York. Il s’agit de l’une des plus importantes du genre et elle réunit des athlètes avec et sans incapacités. L’événement est supervisé par les organismes New York Road Runners (NYRR) et Achilles International, dont la mission consiste à permettre à des personnes ayant tous les types d’incapacités de participer à des courses grand public.

Par ailleurs, Tyrell siège au conseil d’administration d’Achilles. En 2018, elle a remporté le prix de bénévole de l’année d’Achilles pour son travail au sein de l’organisme. Dans sa vie professionnelle, elle considère le marketing de la diversité comme une priorité. Elle était donc ravie de rassembler les dirigeants de la Banque qui œuvrent avec elle dans l’équipe de diversité et d’inclusion d’Expérience client et Expérience collègue afin de concrétiser cette merveilleuse occasion avec l’événement Hope & Possibility.

Non seulement la bénévole servira-t-elle de guide, mais cette course sera une affaire de famille. En effet, son mari et sa fille y participeront.

« Je suis très fière d’eux », a-t-elle mentionné au sujet de cette coopération. « Cela me fait penser à la vision de l’inclusion de la TD et à la façon dont Hope & Possibility incarne le principe d’intégration afin de regrouper des gens ayant différentes capacités. »

Des leçons précieuses tirées du parcours de guide de course

Tyrell a l’habitude de s’entraîner avec les coureurs qu’elle guidera plusieurs mois avant l’événement afin de s’assurer qu’ils seront prêts à travailler en équipe le jour de la course. Elle a reçu des leçons inestimables de ses jumelages. Par exemple, elle comprend maintenant mieux les différentes préférences individuelles, ce qui l’a énormément aidée dans son rôle de direction à la TD.

« J’ai appris à me concentrer sur ce que les gens peuvent faire au lieu de sur ce qu’ils ne peuvent pas faire », indique-t-elle. « Dans un poste de direction, il est important de faire preuve de curiosité et ne pas craindre de poser des questions. »

Elle a remarqué que parfois, certaines choses ne se passent pas comme prévu pour un guide de course. Un bon sens de l’humour et la présence de plusieurs guides s’avèrent alors utiles. Elle se souvient d’une anecdote mémorable qui remonte à quelques années et qui la fait encore bien rire.

Lors d’un demi-marathon à Disney World, elle était jumelée avec un coureur autiste qui avait le syndrome de la Tourette et qui avait la réputation de laisser derrière lui ses guides de course en raison de sa vitesse rapide. Comme de fait, il est parti sans Tyrell quelques kilomètres avant la ligne d’arrivée. À ce moment-là, elle était très reconnaissante qu’on lui ait dit plus tôt que son compagnon était parfaitement capable de terminer la course seul.

« J’étais la seule coureuse qui portait un chandail de guide, mais qui ne guidait personne », dit-elle en riant. Son athlète l’attendait à la ligne d’arrivée. Heureusement, Tyrell n’a jamais revécu cette situation.

Au-delà des histoires inspirantes et amusantes, pour la bénévole, agir comme guide de course s’avère un cadeau inestimable.