La TD s’engage à embaucher des stagiaires d’été malgré la COVID-19

Comme de nombreux étudiants qui ont décroché un emploi ou un stage cet été, Carlos Pena Vallecillo n’était pas certain que cette occasion allait se concrétiser.

Partout au Canada, les entreprises ont interrompu leurs activités en raison de nombreux facteurs liés à la COVID-19, comme les lignes directrices en matière de santé publique qui sont en vigueur afin de contenir la propagation de la pandémie, notamment les mesures de distanciation physique, ainsi que les politiques correspondantes du gouvernement, par exemple la fermeture des services non essentiels. Il en résulte que bon nombre de Canadiens ont perdu leur emploi ou ont dû passer au télétravail.

Quant aux étudiants qui espèrent acquérir une expérience professionnelle précieuse ou qui doivent rembourser des prêts étudiants, l’éventuelle annulation d’un emploi d’été entraîne son lot d’incertitudes. Carlos, 21 ans, a grandement été rassuré lorsqu’il a appris que son stage rémunéré avec la TD aurait lieu comme prévu cet été. Il reconnaît toutefois que certains de ses amis n’ont pas eu cette chance.

« Les étudiants sont très préoccupés en ce moment », mentionne Carlos en entrevue depuis sa maison d’Ottawa, en Ontario.

« Certains de mes colocataires qui obtiennent leur diplôme cette année ne savent pas s’ils trouveront un emploi, et ils n’iront pas à l’université en été ou à l’automne. On fait face à beaucoup d’ambiguïté. La situation est inquiétante. »

Occasions à l’horizon pendant une période difficile

Étudiant en économie et politiques publiques de l’environnement à l’Université d’Ottawa, Carlos est l’un des 375 stagiaires ou étudiants inscrits à un programme coopératif à avoir reçu une lettre d’offre en avril pour confirmer son embauche à la TD du 1er juin à la fin août.

Les options de placement appuient divers secteurs d’activité au sein de la TD partout au Canada et aux États-Unis, offrant entre autres la possibilité de découvrir la gestion de projets ou d’améliorer les processus liés à la formation sur les produits et services destinés aux clients. Au cours des dernières années, les placements duraient environ quatre mois, ce qui donnait aux étudiants le temps d’acquérir des compétences et de tisser des liens. Cette année, l’ensemble des formations et des placements seront effectués virtuellement.

« Nous apprécions énormément la pensée créative, la nouvelle approche, l’enthousiasme et le dynamisme dont font preuve ces étudiants à l’égard des enjeux et des processus quotidiens », déclare Steve Knox, vice-président et chef, Acquisition mondiale de talents à la TD.

« Nous apprenons d’eux autant qu’ils apprennent de nous. Ces étudiants incroyablement talentueux font face à une période particulièrement difficile en ce moment. Nous sommes donc heureux de pouvoir offrir ces occasions d’emploi comme prévu ».

« Nos occasions de stages et de programmes coopératifs peuvent également servir de tremplin pour un emploi à la TD après l’obtention d’un diplôme. Il est donc essentiel de poursuivre ce programme pour aider les étudiants à acquérir l’expérience dont ils ont besoin. »

Carlos fait partie des 20 lauréats des Bourses d’études TD pour le leadership communautaire. Chaque année, la TD remet une bourse à 20 personnes, choisies pour le travail qu’elles effectuent afin d’améliorer leur collectivité, en leur remettant 10 000 $ pour leurs droits de scolarité (pour un maximum de quatre ans) et jusqu’à 7 500 $ pour leurs frais de subsistance (également pour un maximum de quatre ans), de même qu’en leur offrant des occasions d’emploi d’été, alors qu’elles terminent leurs études universitaires. Carlos a décroché la bourse en 2015-2016 et il s’agit de son troisième stage d’été à la TD.

« Je m’estime incroyablement chanceux », déclare Carlos.

Une idée qui se transforme en succès

Carlos a entre autres reçu une bourse en raison de son idée visant à réunir les résidents de l’île Pelée (le territoire habité le plus au sud du Canada) avec les politiciens locaux et les groupes d’intervenants afin de favoriser la sensibilisation du public au niveau de prolifération d’algues dans le lac Érié.

« Des personnes de mon école secondaire et moi nous sommes regroupées pour mettre en lumière cette question et discuter de ses effets sur la santé humaine et animale, explique Carlos. Nous avons beaucoup retenu l’attention des médias. »

Carlos a également indiqué qu’il se verrait bien travailler à la TD un jour, car il apprécie depuis longtemps la Banque, époque qui remonte au secondaire, lorsqu’il a ouvert un compte personnel auprès de l’institution financière. De plus, il parle fréquemment à des employés lorsqu’il se rend en succursale dans la petite ville de Leamington, en Ontario, où il a grandi. L’étudiant aimerait aussi contribuer à créer des politiques plus écologiques qui profitent tant à la Banque qu’à l’environnement.

« Lors de mon premier stage, j’ai pu voir comment la TD traite bien ses clients et ses employés, souligne Carlos. Elle prend soin de ses gens et elle m’aide aussi financièrement pendant mes études. »

Carlos attend toujours sa description de tâches pour son prochain stage à la TD, les derniers détails étant en train d’être réglés. Il se dit ouvert à toutes les possibilités qui se présenteront à lui. L’an dernier, Carlos avait pu perfectionner ses aptitudes relationnelles et améliorer ses connaissances sur les fonctions de l’entreprise. Il a hâte de relever de nouveaux défis cet été.

« J’ai énormément de chance », affirme Carlos, qui se rappelle le jour où la confirmation est arrivée, le 16 avril. Il s’était extirpé tardivement du lit, réticent à faire face à ce qu’il pensait être une autre journée ambiguë, jusqu’à ce qu’il vérifie ses courriels.

« J’ai pris mon téléphone et la confirmation était là, précise-t-il. La réception de ce courriel m’a procuré un grand soulagement. »