Les chefs de direction sont unanimes : ce sont les clients qui bénéficient le plus de la collaboration entre les banques et les entreprises de technologie financière

Dans tout marché de forte concurrence, c’est le client qui en sort gagnant. C’est le consensus auquel sont arrivés le chef de la direction de la TD, Bharat Masrani, et les dirigeants de Visa et d’OnDeck (une entreprise de technologie financière de New York) la semaine dernière, lors d’une table ronde sur l’évolution des liens entre les entreprises de technologie financière et les institutions financières.

La discussion, animée par Deirdre Bosa de CNBC, était intitulée « The New Partnership Era »; organisée dans le cadre du Fintech Ideas Festival de San Francisco, elle a aussi été diffusée sur CNBC le 28 mars.

Au cours de la conversation, Bharat Masrani — tout comme Ryan McInerney, président de Visa et Noah Breslow, chef de la direction d’OnDeck — a donné son point de vue sur les avantages que présentent l’établissement de nouveaux liens entre les entreprises de technologie financière et les banques, l’acquisition de talents, et l’importance d’une culture commune.

Les valeurs communes solidifient les liens

Des valeurs et une culture communes sont encore plus importantes que les produits qu’offre une entreprise de technologie financière, a expliqué Bharat Masrani, ajoutant que les décisions relatives aux partenariats au sein de la TD sont évaluées en fonction de facteurs déterminants comme les pratiques éthiques, le respect de la loi et le souci de l’expérience client.

Au cours de la conversation, Bharat Masrani — tout comme Ryan McInerney, président de Visa et Noah Breslow, chef de la direction d’OnDeck — a donné son point de vue sur les avantages que présentent l’établissement de nouveaux liens entre les entreprises de technologie financière et les banques, l’acquisition de talents, et l’importance d’une culture commune.

« Nous voulons que la technologie soit au service de la TD du point de vue de la sécurité. Et en ce qui concerne l’expérience, est-elle cohérente avec ce qui est offert dans l’ensemble de la TD? », a-t-il déclaré.

L’innovation doit être centrée sur la personne

Les participants ont souligné les occasions stratégiques que cette évolution du secteur offre aux grandes institutions et aux petites entreprises de technologie financière, grâce à des collaborations uniques qui bénéficient aux clients. Ils ont également ajouté que ces collaborations sont possibles en raison de l’association des entreprises de technologie financière, qui offrent efficacité et agilité, et des banques bien établies et réglementées, qui fournissent les capitaux nécessaires à la réalisation des projets.

Les participants étaient d’avis que ces collaborations devaient aller au-delà des nouveaux produits et services, et qu’elles devaient se concentrer sur les éléments permettant de créer une meilleure expérience client.

Bharat Masrani a dénoncé l’innovation au seul service de l’innovation, en suggérant que les entreprises devraient éviter d’investir dans tout ce qui brille sans même penser au problème qu’elles tentent de régler.

Les banques attirent de plus en plus de talents

Historiquement, la course aux talents entre les institutions financières traditionnelles et les sociétés technologiques a toujours été féroce. Deirdre Bosa a demandé aux participants si les banques, grâce à l’immense capacité d’innovation dont elles ont fait preuve ces dernières années, avaient remporté la palme.

Bharat Masrani a fait remarquer que l’âge vénérable de la TD, avec ses 164 ans d’histoire, ne faisait pas obstacle à la culture d’innovation de l’entreprise. Il a ajouté à la blague qu’il ne se ferait peut-être pas engager par la TD aujourd’hui étant donné la grande variété de talents qu’on y embauche, y compris des anthropologues, des concepteurs et des ingénieurs.

« Ce n’est pas une banque traditionnelle », a-t-il fait remarquer.

Ryan McInerney a ajouté que le talent est au cœur de tout ce que fait Visa et qu’il nous fallait tous sans cesse nous réinventer pour repousser les limites de l’innovation.

Les entreprises de technologie financière reçoivent des leçons sur l’expérience client des banques

Noah Breslow a précisé que même si le modèle d’affaires initial d’OnDeck consistait à vendre les technologies aux banques, le tout s’est transformé au fil du temps pour prendre la forme d’une collaboration directe avec les banques sur l’évolution commune du modèle d’expérience client.

Ryan McInerney a ensuite expliqué comment les banques s’inspiraient des nouveaux venus du secteur financier pour stimuler l’innovation à l’échelle de l’entreprise en ce qui a trait à l’expérience client. « À mesure que le secteur des paiements évolue aux États-Unis et en Amérique du Nord, on verra de plus en plus de modèles d’affaires novateurs qui s’appuient sur le travail des banques », a-t-il ajouté.