Préparer sa carrière dans un monde post-numérique

À la suite de la publication de son rapport sur les femmes en STGM l’automne dernier, l’économiste en chef du Groupe Banque TD, Beata Caranci, a reçu une avalanche de messages de personnes souhaitant lui faire part de leurs témoignages. La peur de rater une occasion, ou syndrome FOMO, est un thème commun qui est ressorti des messages de parents avides de connaître les meilleurs moyens de préparer leurs enfants pour une carrière dans un monde post-numérique. Mme Caranci aborde ces questions dans un nouveau rapport de suivi.

Mme Caranci a constaté que les parents qui ont le syndrome FOMO peuvent être classés en deux catégories. Dans la première, les parents ne connaissent pas suffisamment les ressources offertes en STGM. En effet, il existe de nombreux programmes, mais on peut vite être dépassé par la multitude d’options et par leur coût. Dans la deuxième catégorie se trouvent des parents qui craignent que même des études universitaires n’aident pas leurs enfants à obtenir un emploi en raison de l’essor d’une technologie en mesure de remplacer une grande partie des travailleurs hautement qualifiés, comme l’intelligence artificielle.

Pour réussir dans un monde post-numérique, soutient Mme Caranci, les personnes et les entreprises devront faire preuve d’agilité, accepter un apprentissage continu et concevoir l’avancement professionnel dans une perspective multidirectionnelle plutôt que comme une simple ascension.

« À mesure que les changements technologiques s’intensifient, les entreprises de toutes tailles subiront de plus en plus de pression pour se ré-outiller et se concentrer sur des environnements d’apprentissage continu, affirme Beata Caranci, économiste en chef, Groupe Banque TD. La transformation des capacités en milieu de travail se fait en temps réel, et la vitesse comptera pour beaucoup. »

Selon Mme Caranci, l’adaptation passera probablement par des partenariats plus étroits entre les programmes d’éducation privés-publics et les parcours de formation continue employés-employeurs.

« Les gouvernements ont ainsi l’occasion de revoir les lignes directrices et les mesures incitatives en ce qui a trait aux modèles actuels de financement de la formation en entreprise afin d’encourager les entreprises de toutes tailles à accroître leurs efforts de requalification des effectifs. »

Pour de plus amples renseignements, cliquez ici pour consulter le rapport complet.

Pour lire Les femmes en STGM : combler l’écart, cliquez ici.