Puiser aux bonnes sources : Voici Michelle Albanese, chef de l’approvisionnement responsable

Qu’est-ce que du mobilier écoresponsable, de l’éclairage à détecteur de mouvement et des services de messagerie ont en commun?

Et qu’en est-il du choix d’une société d’experts-conseils ou de matériel informatique?

Pour Michelle Albanese, chef de l’approvisionnement responsable et de la diversité des fournisseurs de la TD, ces exemples ne sont qu’une infime partie de tous les produits et services qu’elle étudie dans l’optique de repérer des occasions de réduire l’empreinte carbone de l’entreprise. Dans les efforts déployés par la TD pour développer ses normes en matière d’approvisionnement responsable, Mme Albanese et son équipe sont chargées de trouver, d’approcher, d’évaluer et de recommander des produits et services de fournisseurs qui ont adopté des pratiques sociales, éthiques et environnementales saines.

« Il est important pour nous de travailler autant que possible avec des entreprises qui font tout en leur pouvoir pour limiter leur empreinte carbone et qui partagent les valeurs de la TD en ce qui concerne la gestion des opérations », soutient Mme Albanese, qui a travaillé comme consultante pour des organismes à but non lucratif et gouvernementaux avant son entrée au service de la TD il y a six ans.

LIRE: Une carrière fondée sur un but: Voici Nicole Vadori, chef de l’environnement à la TD

En tout, la TD fait affaire avec quelque 22 000 fournisseurs. À l’aide du Code de conduite des fournisseurs de la TD (qui énonce les valeurs et les normes auxquelles la TD s’attend de ses fournisseurs), Mme Albanese collabore avec des partenaires d’affaires internes et répond à leurs demandes de produits et services en fonction des objectifs de la TD en matière de durabilité environnementale et de responsabilité d’entreprise.

Même si le choix d’un fournisseur dépend de facteurs tels que l’ensemble des coûts associés à ses produits ou services, Mme Albanese affirme qu’il faut faire équipe avec des fournisseurs qui permettront d’apporter de petits changements dans les bureaux de la société et dans les succursales pour graduellement conduire à de grandes améliorations dont la TD sera fière.

Une approche collaborative pour s’attaquer aux changements climatiques

Il ne s’agit toutefois pas seulement de choisir le bon tapis ou les bons services professionnels. Mme Albanese est aussi responsable du programme de chaîne d’approvisionnement relatif aux émissions de carbone de la TD, qui encourage ses principaux fournisseurs à déclarer leurs émissions de carbone. Cependant, ce qu’elle aime peut-être le plus de son travail, c’est de collaborer étroitement avec les fournisseurs pour les aider à revoir leurs politiques et leurs pratiques environnementales afin de trouver des façons de les améliorer. La TD se sert aussi de clauses dans les contrats des fournisseurs pour les inciter à adopter des comportements favorisant la durabilité et à réduire leurs répercussions environnementales. 

« Nous avons les ressources, les compétences et l’expertise nécessaires pour changer les choses et donner l’exemple dans ce domaine, affirme Mme Albanese. Nous ne le faisons pas seulement pour répondre aux attentes du secteur, mais aussi parce que cela nous tient à cœur. »

Par exemple, en 2017, la TD a annoncé qu’elle s’était fixé une cible de 100 milliards de dollars canadiens d’ici 2030 sous forme de prêts, de financement, de services de gestion d’actifs et d’autres programmes favorisant une économie à faibles émissions de carbone.

Motiver les employés

Bien qu’il soit crucial de se concentrer sur ce que peuvent faire les fournisseurs pour réduire leur production de déchets, il est tout aussi important de trouver des façons de motiver les employés à s’attaquer aux changements climatiques.

En octobre 2018, avec un objectif très précis en tête, Mme Albanese a organisé dans un hôtel une séance de discussion ouverte pour 200 employés du Canada et des États-Unis.

« Nous voulions tenir un événement neutre en carbone et sans déchet, et nous y sommes arrivés! », souligne-t-elle, en ajoutant que la TD a fait équipe avec un fournisseur tiers et avec l’hôtel pour éviter d’utiliser des objets en plastique et jetables.

Crédits de compensation de carbone achetés pour 23 tonnes d’émissions générées 

En tout, des crédits de compensation de carbone ont été achetés pour environ 23 tonnes d’émissions générées.

Alors que c’est la possibilité d’avoir un impact plus important en travaillant pour une grande entreprise qui a poussé Mme Albanese à choisir la TD, c’est sa visite d’un site d’enfouissement il y a plus de vingt ans qui a fait germer l’idée en elle de faire carrière dans le domaine de la durabilité environnementale.

« Nous étions au bord de ce gigantesque espace ouvert au-dessus duquel volaient des centaines d’oiseaux, attirés par l’odeur des ordures, et des douzaines de camions faisaient la file pour y jeter encore plus de déchets », se remémore Mme Albanese, dont le frère travaillait en gestion des déchets à l’époque. « Je lui ai demandé de m’y emmener pour que je puisse le voir de mes propres yeux. Je repense souvent à cette expérience. »

Même si la quantité de déchets qu’elle a vue cette journée-là lui a ouvert les yeux, Mme Albanese n’a pas été découragée pour autant. Elle a plutôt décidé d’axer ses efforts sur améliorer la situation.

« Il nous reste encore énormément de chemin à parcourir, dit-elle, mais travailler à la TD m’a montré à quel point nos actions peuvent avoir une grande portée. En travaillant avec des milliers de fournisseurs pour une entreprise qui compte plus de quatre-vingt-cinq mille employés, il devient clair que nous pouvons créer une réaction en chaîne positive. »