Quand votre enfant refuse de reprendre l’entreprise familiale

Comme tout entrepreneur, vous vous êtes donné corps et âme pour mettre votre entreprise sur pied et la faire croître. Et que vous ayez déjà envisagé de confier votre entreprise à de nouveaux propriétaires, ou que vous n’ayez pas encore sérieusement songé aux options qui s’offrent à vous, le fait de passer les rênes à une nouvelle génération s’avère une occasion unique de créer un patrimoine spécial pour vous et votre entreprise.

Mais voilà : votre enfant n’entend pas suivre vos pas. Qu’arrivera-t-il alors? Bien des entrepreneurs s’imaginent que leurs enfants reprendront les affaires familiales le moment venu, mais la réalité n’est pas si simple.

Selon PricewaterhouseCoopers (PwC), 48 % des propriétaires d’entreprises familiales au Canada prévoient confier la gestion ou la propriété de leur entreprise à leurs enfants. Cependant, parmi ceux qui ont affirmé avoir planifié de laisser l’entreprise entre les mains de membres de la famille, plus d’un répondant sur quatre (27 %) a omis d’inclure la génération suivante dans la préparation de cette transition.

En fait, selon la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), seulement un propriétaire de PME sur dix aurait un plan de relève dûment couché sur papier. Il s’agit là d’un scénario au potentiel particulièrement dévastateur pour les entrepreneurs qui découvriront du jour au lendemain que la relève ne sera pas au rendez-vous espéré.

« Il est essentiel que vous discutiez le plus tôt possible avec votre enfant pour savoir si la perspective de prendre la relève l’intéresse », explique Andy Massa, premier vice-président, Services bancaires commerciaux TD. Il précise notamment que toute stratégie de relève gagnante est un projet de longue haleine, et qu’elle ne doit pas résulter tout bonnement du besoin de nommer un successeur.

« Plus tôt vous disposerez d’une stratégie formelle sur papier, le mieux ce sera. »

Chaque trimestre, M. Massa organise des événements sur la nécessité de planifier la relève à l’intention des propriétaires d’entreprise en Ontario. Il indique que les parents qui souhaitent laisser une entreprise en héritage à leurs enfants doivent faire participer ceux-ci à l’entreprise sans tarder, en les faisant travailler pour celle-ci pendant les mois d’été ou pendant leurs études collégiales ou universitaires.

« D’ici à ce qu’un enfant obtienne son diplôme, vous risquez d’avoir une meilleure idée, en tant que parent et entrepreneur, quant à la volonté, aux compétences et à la capacité de cette nouvelle génération à prendre la relève », indique-t-il, en précisant qu’il est important de comprendre quels sont les points forts et les points faibles de votre enfant pour bâtir un plan de relève capable de répondre aux besoins de votre famille et de votre entreprise.

« Par exemple, si votre enfant étudie dans un domaine sans points communs avec votre entreprise, ou qu’il souhaite relever des défis faisant appel à des compétences non pertinentes pour vos visées, tout semble indiquer qu’il est peu probable que votre enfant soit disposé à vous succéder à la tête de l’entreprise. »

Outre le manque d’intérêt ou de qualifications appropriées, M. Massa ajoute que d’autres facteurs peuvent déterminer si l’avenir de l’entreprise pourrait être mieux assuré en faisant passer celle-ci aux mains de propriétaires sans lien filial.

« Dans un contexte où l’entreprise et le personnel connaissent une croissance drastique et qu’il n’incombe pas aux chefs d’entreprise de passer en revue chaque décision, il est fréquent de voir ces entreprises à la gestion hautement complexe vendues à une société de capital-investissement ou à un tiers, nous dit M. Massa. Parfois, le fait d’avoir vu ou subi le stress d’un parent propriétaire d’une entreprise de grande envergure suffit à un entrepreneur ou à un enfant pour prendre cette décision. »

M. Massa recommande aux entrepreneurs de s’adresser à un spécialiste, comme un conseiller en succession d’entreprise de la TD, qui est en mesure de travailler en étroite collaboration avec les propriétaires d’entreprise pour créer et mettre en place un plan de relève qui maximise la valeur de l’entreprise, tout en permettant aux entrepreneurs et à leur famille d’assurer leur sécurité financière.

« Ce plan changera au fil du temps. Mais sans plan, tout succès ne pourra être attribuable qu’au seul hasard. »

Cela pourrait aussi vous intéresser :