Services économiques TD : Prévisions économiques provinciales – « Les économies remontent la pente, mais un chemin difficile se profile à l’horizon »

La semaine dernière, les Services économiques TD ont publié des prévisions économiques provinciales. Vous trouverez ci-dessous le sommaire du rapport. Le texte complet du rapport se trouve ici.

Grâce aux données économiques provinciales pour le mois de mai, nous saisissons maintenant l’ampleur réelle des replis économiques d’un océan à l’autre au deuxième trimestre. En somme, aucune province ne sera épargnée par une contraction sans précédent de l’activité économique et des emplois.

Réouverture et reprise

Alors que les provinces poursuivent leur réouverture progressive, l’attention se porte vers la forme de la reprise. Bien que toutes les provinces devraient renouer avec la croissance dès le troisième trimestre, certaines d’entre elles, plus petites (Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard et Manitoba), devraient afficher un rendement supérieur compte tenu des répercussions modérées de la pandémie et d’une relance plus rapide.

Du côté des grandes provinces, les progrès réalisés par la Colombie-Britannique dans sa lutte contre la pandémie la placent en position avantageuse pour obtenir de meilleurs résultats que les autres cette année. L’économie du Québec est celle qui a probablement le plus souffert des répercussions initiales liées à la COVID-19, mais elle a entamé un long processus de rétablissement. Par ailleurs, l’Ontario affichera probablement un rendement inférieur, en raison notamment de sa stratégie de réouverture lente.

Les provinces canadiennes productrices de pétrole ont vu leur situation s’améliorer récemment, grâce à un assouplissement des mesures de confinement jumelé à la hausse des prix du pétrole. Cela dit, les projets de dépenses en immobilisations resteront peu nombreux en raison de l’incertitude liée à la trajectoire de la demande mondiale de pétrole. Nous nous attendons à ce que l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador affichent la plus faible croissance du PIB cette année, et que la Saskatchewan s’en tire un peu mieux.

Les taux de chômage au Canada

L’Enquête sur la population active de mai a mis en évidence le chemin difficile qui se profile dans les marchés provinciaux de l’emploi. Certaines provinces ont enregistré un redressement de l’emploi le mois dernier. Toutefois, les taux de chômage ont tout de même augmenté, dans l’ensemble, en raison d’un accroissement des taux de participation. Le taux de chômage devrait clore 2020 en hausse de 2,9 à 5,7 points par rapport à la période précédant la pandémie, en partie à cause d’un contexte commercial toujours difficile.

Nous avons revu à la baisse nos prévisions à court terme pour les marchés de l’habitation partout au pays. Le resserrement des conditions de crédit, la lente reprise des marchés de l’emploi et la faible croissance démographique nuiront aux ventes de maisons, aux prix et à la construction résidentielle.

En 2021, une remontée du taux de croissance camouflera les reprises modérées en cours à la suite de la crise, tandis que certaines cicatrices permanentes donneront lieu à des taux de chômage relativement élevés. Une certaine convergence devrait être observée pour les plus grandes provinces par rapport aux plus petites. Cependant, la faiblesse persistante du marché pétrolier en Alberta sera probablement désavantageuse pour cette province.

Pour en savoir plus, lisez le rapport complet ici. 

Auteurs collaborateurs : Beata Caranci, Omar Abdelrahman, Rishi Sondhi et Derek Burleton.