Trouver le calme dans le chaos : Voici Veena Krishna, experte en sinistres en cas de catastrophe naturelle

Ils travaillent pour répondre aux besoins différents et changeants des clients et des employés. Ils s’adaptent, innovent et élargissent leur expertise pour enrichir la vie de ceux qui les entourent. Ils sont passionnés et motivés.

Dans cette série en parties, nous vous présentons des employés de la TD qui travaillent en coulisses afin de répondre aux besoins des clients et des collectivités.


Veena Krishna se rend là où le désastre frappe, et là où les clients ont le plus besoin d’elle.

« On se met à aider les gens parce qu’on veut faire la bonne chose », dit-elle.

Son travail d’experte des réclamations en cas de catastrophe naturelle peut être gratifiant, mais difficile. Il faut répondre aux besoins financiers des clients d’assurance touchés par une catastrophe naturelle – comme une inondation ou un feu de forêt – dont la maison, le véhicule et les biens personnels sont endommagés ou même détruits.

Il faut savoir répondre aux sinistrés qui demandent : « Que dois-je faire maintenant? »

« Lorsqu’un client demande de l’aide, on ose à peine s’imaginer ce qu’il est en train de vivre, ajoute Veena. Mon travail est de le soutenir, lui et ses proches, de toutes les façons possibles. »

En 2016, quand des feux de forêt destructeurs ont causé l’évacuation de 80 000 personnes à Fort McMurray, en Alberta, Veena a travaillé avec l’Unité mobile de dépannage afin de donner aux personnes et aux familles qui ont perdu leur maison l’accès à des fonds d’urgence ou à un hébergement temporaire.

« De nombreuses maisons ont été complètement détruites, et pour les maisons qui ont pu être récupérées, les gens n’ont pas pu y retourner immédiatement », dit-elle.

Au quotidien, le milieu de travail de Krishna à Calgary ressemble à un bureau normal et typique, mais lorsqu’une catastrophe survient, elle et d’autres membres de l’équipe s’occupent des clients dans un environnement différent : l’Unité mobile de dépannage, souvent stationnée dans la zone touchée.

« À Fort McMurray, avec des journées de travail de 14 heures pendant deux semaines, l’autocaravane est devenue notre maison », affirme-t-elle.

Pour Veena, il a également fallu être capable d’établir un lien personnel avec les gens.

« Beaucoup de clients étaient visiblement très affectés; certains d’entre eux fondaient en larme, dit-elle. Selon moi, le fait d’interagir en personne a facilité le processus. »

Pour Veena, la priorité était de s’assurer que les clients étaient en sécurité, informés et rassurés d’avoir un lieu de confiance où trouver des conseils et du soutien.

« Les gens ont tous des besoins différents, mais en fin de compte, tout le monde veut obtenir des réponses et de l’aide. »


Partie 1: Voici Angeli Humilde| Partie 2: Voici Jennifer Popkey| Partie 3: Voici Veena Krishna| Partie 4: Voici Julie Baker