Une dirigeante se joint au nombre croissant de femmes qui changent le secteur agricole

Dans son enfance, Nicole Stelter passait ses soirées et ses fins de semaine à aider sa famille à l’andainage, aux travaux dans les champs et à s’occuper des troupeaux de la ferme céréalière et bovine familiale d’une superficie de 2 500 acres à Nisku, en Alberta. 

Nicole est toujours productrice agricole, mais aujourd'hui, durant la période des récoltes, elle manœuvre de l’équipement agricole en compagnie de son mari sur les terres de leur ferme céréalière de 1 500 acres, en plus d’être vice-présidente, Services aux agriculteurs, à la TD. 

Nicole est l’une des personnes qui se joignent au nombre croissant de femmes dirigeantes du secteur agricole canadien et apportent de nouveaux points de vue à ce secteur durant une période cruciale caractérisée par des tensions commerciales et des fluctuations des activités économiques à l’échelle nationale et internationale. Selon le Recensement de l’agriculture de 2016, les inscriptions de femmes à des cours axés sur les pratiques agricoles ont augmenté. En particulier, davantage de femmes exploitantes agricoles de 40 ans et moins orientent leurs études sur les pratiques agricoles. En 2016, près de 20 % des femmes exploitantes agricoles de moins de 40 ans ont déclaré suivre des cours liés à l’agriculture, comparativement à un peu plus de 8 % des exploitantes agricoles âgées de 40 ans ou plus.

Deux rôles, une passion

Alors que le secteur agricole canadien cherche de nouvelles solutions pour s’adapter aux défis décrits plus haut, favoriser la diversité des points de vue et soutenir les producteurs agricoles afin de leur permettre de renforcer le secteur constituent des enjeux que Nicole s’est engagée à faire évoluer grâce à son travail à la TD.

À titre de membre du groupe Services nationaux aux agriculteurs de la TD, Nicole a eu l’occasion de parler du soutien que la TD offre aux dirigeantes et de la façon dont l’entreprise appuie leurs activités et les décisions financières qu’elles doivent prendre et qui auront une incidence sur leur famille, dans le cadre de conférences parrainées par la Banque, notamment la conférence Advancing Women in Agriculture. Ces événements réunissent des femmes de partout au Canada qui travaillent dans tous les domaines de l’agriculture, notamment des productrices, des entrepreneuses et des étudiantes, et leur fournissent une occasion de réseautage et d’apprentissage. Elles peuvent également participer à des ateliers portant notamment sur la gestion financière liée aux activités commerciales et la conciliation travail-famille. 

« Durant mes premières années à la TD, je voulais travailler dans le secteur agricole, car je souhaitais redonner au secteur dans lequel j’avais grandi. Je voulais aider les agriculteurs à faire croître leur volume d’affaires et les rendre viables pour la génération suivante », déclare Nicole, qui travaille à la TD depuis 1997. Nicole dirige aujourd’hui un groupe d’analystes, de directeurs des relations-clients et de leaders qui fournissent des services-conseils sur le plan des finances et des affaires aux producteurs agricoles. Ce soutien se traduit sous forme de prêts, d’occasions de placement ou d’aide à la planification de la relève. 

« Nous tissons des liens et cherchons diverses façons de soutenir la croissance et la viabilité des producteurs et du secteur ».

En avril dernier, après avoir aidé une entreprise du sud de l’Alberta dans la planification de la relève et le transfert de l’entreprise familiale, Nicole a été invitée à visiter la ferme. Les anciens propriétaires (parents) prenant leur retraite, leurs garçons s’étaient présentés avec leurs conjointes à la TD et avaient précisé qu’ils étaient intéressés à prendre la relève, mais qu’ils avaient besoin de conseils quant à la manière d’assurer la viabilité de l’entreprise familiale. 

« Les anciens propriétaires étaient des clients de la TD depuis 30 ans et notre équipe voulait proposer de l’aide en vue du transfert de l’entreprise à la prochaine génération, précise Nicole. Après la visite de la ferme avec les nouveaux propriétaires, ceux-ci nous ont remerciées, mon équipe et moi, de les avoir aidés dans le cadre du transfert de l’entreprise familiale, qui leur permettra de faire croître les activités de leur propre entreprise. Il suffisait de les regarder pour comprendre qu’ils étaient de fiers propriétaires. Il ne fait pas de doute que de permettre aux gens de réaliser leur rêve vous donne un sentiment de fierté ». 

Le nouveau visage de l’agriculture 

L’une des qualités que Nicole admire le plus chez les gens de ce secteur est leur solidarité. Et comme la prochaine génération est constituée de milléniaux de plus en plus passionnés par les médias sociaux, Nicole a constaté une explosion de ressources qui leur sont adaptées, notamment des balados, des séminaires et même des accompagnateurs en développement personnel qui fournissent des conseils et du soutien. 

« J’ai commencé à écouter des balados afin d’élargir mes propres connaissances des marchés et des innovations afin de contribuer au succès de notre entreprise et je me suis rendu compte que beaucoup de ces ressources ne pourraient pas nous aider à cause de notre façon de produire ou de mettre nos produits en marché », affirme Nicole. Elle ajoute que son balado préféré porte sur une citadine devenue agricultrice qui interroge d’autres femmes du secteur sur une foule de sujets très variés, notamment comment elles réussissent à concilier leur vie familiale avec les pratiques agricoles ou comment maintenir une bonne santé mentale. 

Nicole affirme que les femmes œuvrant dans le secteur agricole se soutiennent l’une l’autre grâce aux médias sociaux, peu importe qu’elles soient propriétaires d’une petite ou d’une grande entreprise, ou qu’elles exercent des activités agricoles dans un domaine autre que la production. 

« Nous constatons que davantage de couples prennent les décisions d’affaires ensemble et que des femmes décident de reprendre la ferme familiale, précise Nicole, dont la nièce de 19 ans en est à sa deuxième année d’études en marketing dans le secteur agricole au Lakeland College. 

« Le secteur poursuivant son évolution, au bout du compte, une organisation qui veut donner des conseils aux producteurs agricoles doit bien connaître leurs préoccupations, précise Nicole. En tant que banque, nous devons être à l’écoute de leurs soucis et comprendre ce qui empêche les producteurs agricoles ou des personnes comme moi de dormir en tant que propriétaires d’entreprise. Plus nous apprenons à comprendre ces entreprises et le secteur, plus nous serons en mesure d’aider les agriculteurs à assurer leur réussite ».


La prochaine conférence Advancing Women in Agriculture aura lieu à Niagara Falls, en Ontario, du 27 au 29 octobre 2019.